Huffpost Canada Quebec

Un troisième ex-policier portera les couleurs libérales au prochaines élections

Publication: Mis à jour:
ROBERT POETI
Robert Poëti. (Agence QMI / Maxime Deland) | Agence QMI

MONTRÉAL - Le Parti libéral du Québec a ajouté un nouvel élément à son image de promotion de la loi et de l'ordre, jeudi, avec l'annonce de la candidature d'un troisième ex-policier dans son alignement pour les prochaines élections.

Robert Poëti, ancien relationniste média à la Sûreté du Québec (SQ), a déclaré qu'il a accepté d'être candidat libéral en raison de la crise étudiante, qui a perturbé l'ordre public au printemps.

«La liberté de certains ne peut enrayer ou carrément faire face ou ignorer la liberté collective des autres, a-t-il dit. Tout le monde le matin a le droit de prendre le métro en paix pour aller travailler.»

M. Poëti briguera les suffrages le 4 septembre prochain dans circonscription montréalaise de Marguerite-Bourgeoys, un château-fort du PLQ dont il s'est défendu de tenir les électeurs pour acquis.

Cette nouvelle candidature porte à trois le nombre d'ex-agents des forces de l'ordre qui porteront les couleurs libérales aux prochaines élections.

Lors de son investiture, en présence du chef libéral Jean Charest, M. Poëti a abordé sans détour les allégations de malversations et de corruption qui ont entaché la réputation de son parti au cours des derniers mois.

L'ex-agent de police a vanté le bilan de M. Charest, qui s'est attribué jeudi la note de 8 sur dix en ce qui concerne ses efforts de lutte à la corruption.

M. Poëti a défendu l'intégrité des libéraux en affirmant que la corruption et la collusion sont des phénomènes très vastes.

«Le Forum économique mondial estime que la corruption accapare 5 pour cent du produit intérieur brut mondial chaque année, a-t-il dit. Les gens qui pensent que la corruption est nouvelle, québécoise et encore pire libérale se trompent carrément.»

Le caucus libéral comptait jusqu'à mercredi un ancien policier dans ses rangs, Guy Ouellet, qui brigue un nouveau mandat dans la circonscription lavaloise de Chomedey.

L'ancien vice-président de la Fraternité des policiers de Laval, Jean Rousselle, tentera de se faire élire dans Vimont, une circonscription qui était dans le giron libéral.

Lors d'un point de presse qui a suivi l'événement, M. Poëti a affirmé que que le PLQ l'avait approché pour qu'il soit candidat, pour ensuite lui offrir, Marguerite-Bourgeoys.

Le candidat libéral a affirmé que sa décision a été motivée par ce qu'il a vu lors la crise étudiante et par les positions de M. Charest pour régler la situation, qu'il endosse.

«Dans mes valeurs de démocratie, dans mes valeurs d'intégrité et de service aux citoyens que j'ai fait pendant 28 ans, j'ai été ébranlé de voir ce que j'ai vu ces derniers mois, a-t-il dit.

«Et je pense que si mon expertise ou mon expérience peut apporter un élément au Parti libéral, et si on est capable d'expliquer aux citoyens peut-être que certains n'ont pas compris les décisions prises par le Parti libéral, c'est pour ça que j'ai décidé de joindre les rangs du Parti libéral.»