NOUVELLES

PQ: Serge Cardin craint le sexisme des électeurs envers Pauline Marois

02/08/2012 02:27 EDT | Actualisé 02/10/2012 05:12 EDT

QUÉBEC - Le fait que Pauline Marois soit une femme qui aspire aux plus hautes fonctions est revenu la hanter une fois de plus jeudi, alors qu'un de ses candidats a mis en doute l'ouverture d'esprit des électeurs à son égard, avant de se rétracter.

Le candidat du Parti québécois dans Sherbrooke, Serge Cardin, qui affronte Jean Charest, a laissé entendre en entrevue que le fait d'être une femme pourrait lui nuire le soir du scrutin en lui aliénant des votes.

«Il y a peut-être des gens qui ne sont pas prêts à avoir une femme comme premier ministre et ça, ça me déçoit grandement», a-t-il dit, dans le cadre d'une entrevue au réseau Cogeco.

Invitée à réagir, Mme Marois a dit que les propos de son candidat avaient été mal interprétés.

Le parti a réagi promptement et M. Cardin a transmis un communiqué pour dire que ses propos ne reflétaient pas sa pensée sur le sujet.

Il fait valoir que sa chef «est la plus compétente pour être première ministre du Québec. Et ça n’a absolument rien à voir avec le fait qu’elle soit une femme».

Le chef libéral Jean Charest a mis son grain de sel en disant qu'il ne pouvait pas croire «un seul instant», au Québec en 2012, «que des gens votent encore en fonction du sexe du candidat».

En novembre dernier, le député péquiste de Saint-Maurice, Claude Pinard, avait mis sa chef dans l'embarras en affirmant qu'une «partie importante de la population» ne voterait pas pour Pauline Marois parce que c'est une femme.

PLUS:pc