NOUVELLES

ONU: Khartoum et Juba vont avoir plus de temps pour parvenir à la paix

02/08/2012 06:06 EDT | Actualisé 02/10/2012 05:12 EDT

La date limite fixée par l'ONU au Soudan et au Soudan du Sud pour conclure un accord de paix a expiré jeudi, mais les deux pays disposeront d'un délai supplémentaire pour régler leurs différends, ont indiqué des diplomates.

"Il est évident que le Soudan et le Soudan du Sud n'ont, ni l'un ni l'autre, satisfait à toutes les conditions qui avaient été posées", a constaté l'ambassadeur français à l'ONU Gérard Araud, dont le pays préside le Conseil de sécurité en août.

"En même temps, des progrès ont été accomplis", a-t-il ajouté. "Il n'est pas temps, pas nécessaire de passer à des sanctions, mais nous devons continuer de faire pression sur les parties pour qu'elles poursuivent les négociations".

Le Conseil, qui doit aborder le sujet le 9 août, décidera "comment entretenir la dynamique assez fragile et partielle qui est apparue", a estimé M. Araud.

Dans une résolution adoptée le 2 mai, le Conseil avait donné aux deux pays jusqu'au 2 août pour régler leurs divergences, jamais résolues depuis l'indépendance du Soudan du Sud il y a un an, les menaçant de sanctions dans le cas contraire.

Ces différends, qui ont amené les deux voisins au bord d'un conflit ouvert, portent notamment sur le partage des revenus du pétrole et la délimitation de leur frontière commune.

Les deux pays mènent actuellement des pourparlers à Addis-Abeba (Ethiopie), mais les discussions piétinent.

L'ambassadeur britannique auprès de l'ONU, Mark Lyall Grant avait invité mardi les dirigeants des deux pays, Omar el-Béchir et Salva Kiir, à "se comporter en hommes d'Etat, et faire les compromis nécessaires pour parvenir à un accord sur les questions en suspens".

avz/sat

PLUS:afp