NOUVELLES

Mitt Romney doit choisir un colistier en évitant «l'erreur» de McCain en 2008

02/08/2012 07:25 EDT | Actualisé 02/10/2012 05:12 EDT

WASHINGTON - À moins d'un mois de la convention nationale du Parti républicain aux États-Unis, Mitt Romney devrait annoncer le nom de son colistier très bientôt, mais personne ne s'attend à ce qu'il choisisse un candidat de la trempe de Sarah Palin.

Le probable candidat républicain à la présidence des États-Unis était en tournée jeudi au Colorado, en compagnie de plusieurs gouverneurs républicains, dont trois candidats potentiels au poste de vice-président: Bobby Jindal de la Louisiane, Chris Christie du New Jersey et Bob McDonnell de la Virginie.

Les spéculations voulant que l'annonce du colistier de Mitt Romney soit imminente se sont multipliées jeudi, quand le réseau CNN a rapporté que Beth Myers, une conseillère de longue date de M. Romney qui dirige la recherche de son colistier, participait à sa tournée au Colorado.

Au cours des derniers jours, l'équipe de Mitt Romney aurait aussi embauché du personnel supplémentaire pour travailler avec le futur colistier, qui devrait être un candidat sûr aux compétences déjà prouvées.

De l'avis général, le souvenir du choix malheureux de John McCain en 2008 est toujours frais dans la mémoire de M. Romney et de son équipe. Même Dick Cheney, le controversé vice-président de George W. Bush, a récemment imploré les républicains de ne pas faire la même «erreur» que John McCain, quand il a voulu chambouler la course en choisissant l'inexpérimentée mais énergique Sarah Palin.

Dans une entrevue diffusée sur ABC News le week-end dernier, Dick Cheney a déclaré que Sarah Palin n'avait pas la qualité essentielle d'un vice-président: la capacité d'assumer la présidence en cas de besoin.

«En fonction de son expérience – elle a seulement été gouverneure pendant deux ans –, je ne pense pas qu'elle ait passé le test de la capacité à assumer la présidence. Et je pense que c'était une erreur», a dit M. Cheney.

Un stratège républicain pense que l'ombre de Sarah Palin plane sur l'équipe de Mitt Romney dans sa recherche d'un colistier.

«Il n'y a aucun doute que la façon dont sa nomination a affecté la course, en particulier en termes de couverture médiatique, a jeté une ombre immense sur le choix de Mitt Romney», a affirmé le stratège Matt Mackowiak.

«Je ne crois pas nécessairement que ce soit juste, parce que les deux situations sont totalement différentes», a-t-il souligné.

M. Mackowiak pense que M. Romney choisira entre deux candidats relativement ternes, mais sans reproches: Tim Pawlenty ou Rob Portman.

M. Portman, présentement sénateur de l'Ohio, a été directeur du Bureau de la gestion et du budget sous la présidence de George W. Bush. M. Pawlenty est l'ancien gouverneur du Minnesota qui a brièvement participé aux primaires républicaines avant de se désister, en août 2011.

Peu importe qui sera choisi, le candidat sera examiné sous toutes ses coutures par l'équipe Romney avant d'être livré en pâture aux médias, souligne M. Mackowiak.

«Le niveau de surveillance (des candidats par le public) est sans précédent dans l'histoire politique américaine, et c'est en partie à cause de Sarah Palin, mais aussi à cause de l'hypercompétitivité des médias et de leur portée instantanée», a-t-il dit.

«Personne n'augmente la fréquentation de son site Internet en écrivant une histoire au sujet d'un potentiel vice-président qui est une personne sans reproche.»

PLUS:pc