NOUVELLES

Les rebelles combattent avec des chars à Alep (commandant)

02/08/2012 01:57 EDT | Actualisé 02/10/2012 05:12 EDT

Les rebelles ont reconnu jeudi pour la première fois combattre avec des chars à Alep, la grande ville du nord en proie à de violents combats depuis plus de 10 jours.

Les rebelles ont utilisé des chars pour attaquer l'aéoport militaire de Menagh, à 30 km au nord-ouest d'Alep, et ont détruit un hélicoptère, a déclaré à l'AFP le commandant des rebelles de la région d'Alep, Abdel Aziz Salamé.

"Nous avions déjà attaqué plusieurs fois l'aéroport, mais c'est la première fois que nous utilisions des armes lourdes et nous avons détruit un hélicoptère car nous l'avons vu en feu", a assuré cet ancien commerçant de miel à Alep, à 355 km au nord de Damas.

Il s'agit en l'occurrence de "quatre chars pris à Anadane", localité à 5 km à l'ouest d'Alep où les rebelles ont pris lundi un important barrage de contrôle de l'armée, a ajouté M. Salamé.

"Nous avons des conducteurs de chars et les destructions dans l'aéroport ont été plus importantes que les fois précédentes", a-t-il précisé.

Auparavant, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) avait indiqué que l'aéoport de Menagh avait été bombardé par un char.

Selon le commandant rebelle, l'aéroport a été attaqué "de toutes parts". "Plusieurs bâtiments ont été détruits, dont la caserne des officiers, mais l'aéroport fonctionne toujours. Prochainement, si Dieu le veut, nous l'attaquerons à nouveau", a dit cet homme de 46 ans.

Il a précisé que l'aéroport représentait la dernière position militaire du régime dans la région. "Nous devons en finir. Il faut prendre l'aéroport pour contrôler toute la région".

Selon lui, l'objectif est "de prendre l'aéroport pour empêcher les hélicoptères qui s'y trouvent d'être utilisés pour le transport des munitions dans Alep et pour frapper les rebelles" dans cette ville.

Il a confié que durant la bataille qui a commencé à 05H00 (02H00 GMT) et duré cinq heures, dix rebelles ont été blessés et dix sont portés disparus. L'armée a envoyé des MiGs "pour nous chasser et les rebelles se sont repliés".

Ce commandant dirige la brigade Tawhid de l'Armée syrienne libre (ASL), en charge de la province septentrionale d'Alep, qui a été constituée il y a quinze jours par la fusion de trois bataillons, auxquels d'autres se sont également joints.

D'après lui, la brigade Tawhid compte 6.000 hommes. Interrogé sur la présence de combattants étrangers, il a répondu: "Nous n'en avons pas besoin. Ils représentent un nombre réduit de combattants. Ce dont nous avons besoin, ce sont des armes".

Pour lui, la situation des rebelles est "très très bonne. Nous sommes maîtres de plusieurs quartiers et tous les jours, nous en contrôlons plus. Les rebelles étendent leur territoire. Nous essayons d'encercler entièrement Alep pour éviter que le régime n'envoie de renforts".

kat-mel/sk/ram/tp

PLUS:afp