NOUVELLES

Le pouvoir syrien dit regretter la démission de Kofi Annan

02/08/2012 01:19 EDT | Actualisé 02/10/2012 05:12 EDT

Les autorités syriennes ont annoncé jeudi qu'elles regrettaient la démission de Kofi Annan de son poste de médiateur international dans le conflit en Syrie.

Dans un communiqué, les Affaires étrangères ont exprimé leurs "regrets" après cette démission et accusé les "Etats qui cherchent à déstabiliser la Syrie" d'avoir "entravé" la mission de M. Annan, en allusion à l'Occident, à la Turquie et aux pays du Golfe critiques du régime de Bachar al-Assad.

"La Syrie a toujours prouvé qu'elle était engagée totalement au plan (Annan)", ont indiqué les Affaires étrangères, alors que Damas est sous le feu des condamnations internationales pour sa répression de la révolte qui s'est militarisée au fil des mois.

Damas est "engagé à la lutte contre le terrorisme dans le but de rétablir la sécurité et la stabilité et de protéger les citoyens", poursuit le ministère.

La Syrie "continue de croire que le seul moyen de sortir de la crise est le dialogue national et la réconciliation, sans aucune intervention étrangère".

M. Annan avait été nommé le 23 février mais son plan de paix en six points pour régler le conflit en Syrie, prévoyant une cessation des combats entre gouvernement et opposition armée et une transition politique, n'a jamais pu être appliqué.

bur-ram/tp/sbh

PLUS:afp