NOUVELLES

Le Kurdistan annonce la reprise de ses exportations de pétrole vers Bagad

02/08/2012 05:56 EDT | Actualisé 02/10/2012 05:12 EDT

Les autorités du Kurdistan irakien ont annoncé la reprise des exportations de pétrole vers Bagdad début août pour rétablir la confiance avec le gouvernement fédéral, après un arrêt des exportations depuis plus de quatre mois dans le cadre d'un conflit financier.

Le Kurdistan a cessé ses exportations pétrolières vers le gouvernement fédéral le 1er avril et lui réclame quelque 1,5 milliard de dollars d'arriérés de paiement.

Une reprise des exportations représenterait une amélioration dans les relations entre Bagdad et Erbil, qui se sont considérablement dégradées en raison de différends sur des contrats pétroliers et des revendications territoriales.

"Les exportations pétrolières de la région du Kurdistan vont reprendre au cours de la première semaine d'août, a annoncé le ministère des Ressources naturelles", a indiqué mercredi soir le site du gouvernement de la région autonome.

"Le ministère a indiqué qu'en dépit des réticences de la part des compagnies pétrolières internationales dans la région à exporter sans garanties de paiement, elles ont finalement accepté de reprendre les exportations de 100.000 barils par jour" (b/j), selon le site.

Le communiqué a cité un porte-parole du ministère affirmant que "les exportations seraient limitées à 100.000 b/j pendant un mois et si les paiements arrivent, elles pourraient monter rapidement à 200.000 b/j".

"A la suite de l'intervention d'amis des cercles politiques et diplomatiques de l'Irak, le gouvernement régional du Kurdistan a décidé de reprendre les exportations de la région pour rétablir la confiance avec le gouvernement fédéral", a indiqué le ministre des Ressources naturelles Ashti Hawrami dans le communiqué.

Le Kurdistan a signé des dizaines de contrats pétroliers avec des compagnies étrangères sans l'approbation de Bagdad, qui exige que ce type de négociations passent à travers son ministère du Pétrole et considère comme illégal tout contrat conclu en dehors de ce circuit.

Le géant pétrolier français Total a mis un pied mardi dans l'exploration pétrolière au Kurdistan irakien et annoncé l'acquisition auprès de l'américain Marathon Oil de 35% de deux permis d'exploration, rejoignant ainsi au Kurdistan ses rivaux américains Chevron et ExxonMobil et provoquant la colère de Bagdad.

wd/sw/vl

PLUS:afp