Huffpost Canada Quebec qc

Laurent Proulx, chef de file des carrés verts, propose l'abolition de Radio-Canada

Publication: Mis à jour:
Jacques Boissinot/PC
Jacques Boissinot/PC

L'étudiant Laurent Proulx frappe de nouveau: il propose d'abolir ou de privatiser Radio-Canada dans un billet mis en ligne sur le site du Prince Arthur, un journal étudiant de l'Université McGill.

Celui qui s'était fait connaître en obtenant une injonction pour accéder à un cours malgré la grève étudiante - cours qu'il a finalement abandonné - estime que la société d'État a un biais favorable aux carrés rouges et aux manifestants. En plus, ajoute-t-il, de coûter très cher.

«Quand j’ai lu dans les publications de l’Institut Économique de Montréal que Radio-Canada a reçu 1,2 milliards en financement direct en 2011, j’ai eu mal à mon T-4. Certains suggèrent que le mandat de Radio-Canada soit revu, je propose pour ma part que Radio-Canada soit abolie ou entièrement privatisée, rien de moins.»

Il s'insurge aussi contre le fait que le Téléjournal ait placé dans ses premières nouvelles la présence de Gabriel Nadeau-Dubois à l'Échofête de Trois-Pistoles. Il accuse aussi la société d'État de prôner des «valeurs scissionnistes en plus de prendre clairement parti dans son journalisme politique».

«J’en ai plus qu’assez de voir ce club-école du Parti québécois utiliser nos impôts pour véhiculer des valeurs souverainistes et syndicalistes. Cette comédie a assez durée et je crois ne pas être le seul à le penser. En plus d’être une perpétuelle concurrence déloyale pour les diffuseurs privés, Radio-Canada nous offre du journalisme politique généralement biaisé et partisan.»

Il parle faussement d'une «télévision d’État financé à 100% par les contribuables», alors que Radio-Canada est aussi financée par la publicité.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Laurent Proulx abandonne son cours
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction