NOUVELLES

JO-2012 - Une journée en or pour les Etats-Unis

02/08/2012 03:47 EDT | Actualisé 02/10/2012 05:12 EDT

Les Etats-Unis ont vécu une journée en or en collectant six titres olympiques jeudi à Londres, dont le dernier a permis au nageur Michael Phelps de porter à 20 son record de médailles olympiques.

Déjà sacré sur 200 m 4 nages à Athènes en 2004 et à Pékin en 2008, Phelps a conservé sa couronne, devenant au passage le premier nageur de l'histoire à décrocher trois titres olympiques consécutifs sur la même distance.

Il a notamment battu son compatriote Ryan Lochte, arrivé à Londres en conquérant mais qui subit les jeux, dans le sillage du Français Yannick Agnel et de Michael Phelps.

Ce succès symbolique de Phelps clôt une journée particulièrement riche pour les Etats-Unis qui ont empoché six médailles d'or au total, pour talonner la Chine en tête du classement des médailles.

Les Etats-Unis ont conservé le titre du concours général de gymnastique artistique dames, grâce à Gabrielle Douglas, victorieuse devant les Russes Victoria Komova et Aliya Mustafina. L'Américaine Alexandra Raisman, créditée du même score que Mustafina, est restée au pied du podium.

Douglas est la première gymnaste noire à remporter le titre suprême au concours général. Sa compatriote Dominique Dawes, présente dans la salle, avait été la première afro-américaine championne olympique de gymnastique, avec l'or par équipes en 1996.

D'autres américaines se sont illustrées: collectivement comme le "Huit" en aviron ou individuellement, comme Rebecca Soni qui a battu le record du monde du 200 m brasse pour la deuxième fois en 24 heures.

Deux nations ont résisté en cette journée de la bannière étoilée: la Grande-Bretagne a planté ses ambitions sur le cyclisme sur piste en remportant l'épreuve de vitesse par équipes messieurs, alors que les Russes ont osé un cliché.

Dans les instants qui ont suivi le titre de Tagir Khaibulaev en -100 kg, le président Vladimir Poutine a posé sur les bords du tatami, entouré des colosses de l'équipe russe de judo, sa passion, première au classement des médailles dans la discipline (4, dont 3 en or) avant la dernière journée.

L'ambiance est beaucoup plus froide dans certains pays où les règlements de compte "post JO" ont déjà commencé. Le scandale des matches de badminton délibérément perdus aux Jeux a ainsi provoqué des vagues jeudi en Asie, où ce sport est roi.

A l'instar des dizaines de milliers d'internautes chinois se disant "humiliés", la presse et les internautes sud-coréens ont multiplié jeudi les commentaires cinglants envers leurs joueuses.

"Les joueuses sud-coréennes de badminton ont fait honte à l'esprit olympique et embarrassé le pays", a écrit le grand quotidien sud-coréen JoongAng Ilbo, le Hankook Ilbo, évoquant pour sa part "une performance grotesque" qui a "insulté ce sport".

Face au retentissement de l'affaire, la Chinoise Yu Yang, 26 ans, a annoncé qu'elle mettait un terme à sa carrière, voyant son "rêve brisé". "Adieu au badminton que j'aime tant", a écrit la Chinoise sur son compte de microblog.

Yu Yang et sa partenaire de double Wang Xiaoli, également sanctionnée, sont les championnes du monde 2011 et N.1 mondiales.

Les deux femmes, qui font partie des huit joueuses de double dames exclues de la compétition (une paire chinoise, une paire indonésienne, deux paires sud-coréennes), ont présenté des excuses publiques, retransmises par la télévision d'Etat chinoise.

pga/heg

PLUS:afp