NOUVELLES

JO-2012 - Michael Phelps poursuit sa quête

02/08/2012 08:11 EDT | Actualisé 02/10/2012 05:12 EDT

L'Américain Michael Phelps, athlète le plus médaillé de l'histoire des Jeux (19), poursuit sa quête jeudi aux JO de Londres: il disputera la finale du 200 m 4 nages en début de soirée et s'est qualifié pour les demi-finales du 100 m papillon dans la matinée.

Déjà sacré sur 200 m 4 nages à Athènes en 2004 et à Pékin en 2008, Phelps pourrait devenir en soirée le premier nageur de l'histoire à décrocher trois titres olympiques consécutifs sur la même distance.

Il aura pour principal adversaire son compatriote Ryan Lochte, également engagé en finale du 200 m dos et qui pourrait réaliser un fabuleux doublé en l'espace d'une demi-heure!

Le début des épreuves de cyclisme sur piste, avec notamment les finales de vitesse par équipes messieurs et dames, et le concours général dames de gymnastique artistique constituent les autres temps forts de la journée.

La gymnastique, notamment, où les Américaines Gabrielle Douglas et Alexandra Raisman, déjà mises en orbite olympique avec l'or par équipe mardi, rêvent de succéder à leurs compatriotes Carly Patterson, championne olympique à Athènes en 2004, et Nastasia Liukin, sacrée à Pékin en 2008.

Les Russes Victoria Komova, 17 ans, et Alyia Mustafina sont les atouts de la Russie qui n'a pas remporté l'or au concours général féminin depuis l'éclatement de l'Union soviétique.

Les Russes ne seront pas soutenues par Vladimir Poutine. En visite diplomatique à Londres, le Président russe doit passer l'après-midi à la salle de judo, l'une de ses passions, pour assister à la course aux médailles en -78 kg dames et -100 kg messieurs.

Il soutiendra notamment le Russe Taigir Khaibulaev, qualifié pour les demi-finales, mais ne verra aucun combattant japonais, puisque les deux combattants engagés ont été éliminés dès les huitièmes de finale, poursuivant la série noire de leur équipe nationale qui vit les pires Jeux de son histoire.

Titulaire d'une seule médaille d'or, celle de Kaori Matsumoto en -57kg, le Japon pointait jeudi matin à une passable troisième position au tableau provisoire des médailles du judo, devancé par la Russie et la Corée du Sud, deux titres chacun. Le retour au Japon s'annonce délicat.

D'ailleurs, dans certains pays, les règlements de compte "post JO" ont déjà commencé. Le scandale des matches de badminton délibérément perdus aux Jeux a ainsi provoqué des vagues jeudi en Asie, où ce sport est roi.

A l'instar des dizaines de milliers d'internautes chinois se disant "humiliés", la presse et les internautes sud-coréens ont multiplié jeudi les commentaires cinglants envers leurs joueuses.

"Les joueuses sud-coréennes de badminton ont fait honte à l'esprit olympique et embarrassé le pays", a écrit le grand quotidien sud-coréen JoongAng Ilbo, le Hankook Ilbo, évoquant pour sa part "une performance grotesque" qui a "insulté ce sport".

Face au retentissement de l'affaire, la Chinoise Yu Yang, 26 ans, a annoncé qu'elle mettait un terme à sa carrière, voyant son "rêve brisé". "Adieu au badminton que j'aime tant", a écrit la Chinoise sur son compte de microblog.

Yu Yang et sa partenaire de double Wang Xiaoli, également sanctionnée, sont les championnes du monde 2011 et N.1 mondiales.

Les deux femmes, qui font partie des huit joueuses de double dames exclues de la compétition (une paire chinoise, une paire indonésienne, deux paires sud-coréennes), ont présenté des excuses publiques, retransmises par la télévision d'Etat chinoise.

pga/heg

PLUS:afp