DIVERTISSEMENT

FestiBlues International de Montréal : 15e édition sous le signe de la diversité

02/08/2012 10:08 EDT | Actualisé 02/10/2012 05:12 EDT
Huffington Post

La 15e édition du FestiBlues International de Montréal prendra son envol le 9 août prochain et proposera à ses visiteurs quatre jours de spectacles au parc Ahuntsic et dans les salles et bars environnants.

Il en coûte 18$ pour un passeport et 7$ pour un billet.

Forts d'un nouveau partenariat avec la Société de transport de Montréal (STM), les organisateurs de l'événement avaient convié les médias, jeudi, à un point de presse bien particulier, au cœur de la station de métro Berri-UQÀM. Le guitariste Jean Millaire et sa complice, la chanteuse Andrée Dupré, y ont offert une prestation d'une trentaine de minutes. Le duo se produira d'ailleurs au resto-bar Saint-Hubert, le vendredi 10 août, à 23h.

Au chapitre des autres rendez-vous à ne pas manquer, soulignons le passage de Claude Dubois qui, le 11 août, revisitera son répertoire en lui apportant une touche jazzée. Figurent également à la liste d'invités les noms de Plume Latraverse, de Jim Zeller, d'Éric Lapointe, de Bob Harrisson et de Guy Bélanger, qui montera sur les planches en compagnie de ses comparses Bob Walsh, Kim Richardson et France D'Amour.

Aussi, afin de souligner dignement le 15e anniversaire du festival, on a ajouté à celui-ci un volet consacré à la poésie. Le poète de la Cité Claude Beausoleil déclamera des vers tirés de son recueil « Black Billie » le jeudi, vendredi et samedi sur la Scène Loto-Québec, ainsi que pendant les entractes des concerts de la Maison de la Culture. Le FestiBlues souhaite exploiter encore davantage ce créneau lyrique dans les années à venir.

Pas d'inquiétudes

Bien que cette nouvelle mouture de cet hommage au blues soit programmée alors que s'amorce une campagne électorale qui s'annonce palpitante, son président, Martin Laviolette, dit n'éprouver aucune crainte devant la possibilité que les soubresauts politiques de la province et d'éventuelles manifestations ne viennent gâcher les festivités.

« Jusqu'à maintenant, on a un été superbe, a fait valoir l'homme. Les grands festivals ont eu lieu et il n'y a pas vraiment eu de problèmes. Les Montréalais ont le goût de fêter et d'avoir du plaisir. C'est sûr que ça nous laisse un peu moins d'espace médiatique, mais on ne craint pas pour nos soirées. Nous, tout ce qu'on veut, c'est du soleil! »

Pour en savoir plus sur les activités du FestiBlues, on consulte le www.festiblues.com. On pourra également être à l'affût des faits saillants du week-end en consultant sa page Facebook, de même que son fil Twitter (@FestiBlues_Mtl et #FBIM15e).

Un message de Claude Dubois

Présent à la conférence de presse de jeudi pour promouvoir sa participation au festival, Claude Dubois a tenu à adresser quelques mots aux Québécois à propos des élections provinciales, qui se tiendront le 4 septembre prochain.

« Ce que je souhaite aux étudiants, à la jeunesse du Québec et à tout le monde, c'est de conserver nos acquis sociaux, a martelé l'auteur-compositeur-interprète. Il y a des gens qui se sont battus très forts pour que notre vie soit ce qu'elle est. Ceux qui pensent que tout a toujours été comme ça ont les doigts dans les yeux et ne voient rien. Soyez attentifs; les acquis sociaux que nous avons ont été gagnés par des gens qui ont envie que notre vie soit agréable. Moi, avec les impôts qu'on paie, je suis absolument pour qu'on fasse le meilleur monde possible, que ça soit écologiquement, socialement, familialement... Ma vision, c'est l'évolution des peuples, des êtres et des environnements. Le reste, c'est de l'exploitation. Il ne faut pas pénaliser la qualité de vie pour faire des sous. Ce serait trop triste. Les sous s'envolent, mais la terre reste! », a conclu l'artiste avec conviction.