NOUVELLES

Des questions corsées seront posées à Enbridge, promet la Colombie-Britannique

02/08/2012 03:00 EDT | Actualisé 02/10/2012 05:12 EDT

VANCOUVER - Le gouvernement de la Colombie-Britannique a rendu publiques, jeudi, les questions «serrées» qu'il adressera à la commission chargée de se pencher sur le projet d'oléoduc Northern Gateway.

Le ministre de l'Environnement de la province, Terry Lake, soutient que Victoria voudra connaître la responsabilité exacte que l'entreprise Enbridge est prête a assumer dans l'éventualité d'un déversement de pétrole.

Le gouvernement souhaite également en savoir davantage sur l'accroissement des mesures de sécurité qui ont été récemment promises par l'entreprise de Calgary en ce qui a trait à la prévention des déversements.

Le ministre Lake affirme que la Colombie-Britannique n'a pas encore déterminé à quel moment elle participera au contre-interrogatoire des promoteurs du projet lors des audiences de la commission. Les «plaidoiries» finales doivent être livrées en mars et en avril 2013.

La semaine dernière, le gouvernement de Christy Clark a finalement annoncé sa position sur le projet d'oléoduc, après des mois d'hésitations.

En marge du Conseil de la fédération, à Halifax, la première ministre a martelé que la Colombie-Britannique courait un trop grand risque de déversements de pétrole potentiels en cédant un droit de passage à Enbridge (TSX:ENB), alors que la province ne recevrait que huit pour cent des recettes fiscales.

Le chef de la direction d'Enbridge, Patrick Daniel, a affirmé jeudi que l'entreprise était «très confiante» de répondre aux exigences de la Colombie-Britannique en matière de sécurité.

L'oléoduc Northern Gateway, un projet de 6 milliards $, servirait au transport du brut destiné au marché asiatique à partir de l'Alberta jusqu'à la côte britanno-colombienne.

PLUS:pc