Le huit de pointe féminin canadien remporte la médaille d'argent aux JO

Publication: Mis à jour:
CANADA WOMENS 8 SILVER
AP

WINDSOR, Royaume-Uni - La rameuse Andréanne Morin peut quitter son sport l'âme en paix: elle l'a enfin sa médaille olympique. Le huit de pointe féminin canadien a remporté la médaille d'argent aux Jeux de Londres, jeudi, dans le bassin d'Eton-Dorney.

Les Canadiennes ont lutté avec les Néerlandaises pour l'obtention de la deuxième place pendant la majeure partie des 2000 mètres de l'épreuve, les Américaines faisant cavalières seules.

Les Américaines l'ont emporté en six minutes 10,59 secondes, devant une foule d'environ 30 000 personnes. Les Canadiennes ont été chronométrées en 6:12,06. Les Néerlandaises ont suivi en 6:13,12.

Mercredi, le huit masculin canadien avait également gagné une médaille d'argent.

Chef de nage de l'équipage, celle qui donne le rythme à ses coéquipières face à la barreuse, Morin peut faire la paix avec elle-même, après l'amère quatrième place du huit féminin en 2008.

Les Néerlandaises et les Roumaines avaient chipé une médaille aux Canadiennes dans les 100 derniers mètres de la course olympique de Pékin. Elle est revenue en 2010, animée d'une attitude revancharde.

L'athlète originaire de Westmount a aussi fait partie de l'équipage qui a pris le septième rang, aux Jeux d'Athènes en 2004.

«Oui, je l'ai ma médaille, ça fait du bien», a-t-elle lancé, encore à bout de souffle dans l'aire d'entrevue.

Après la cérémonie des médailles, Morin a confié que le douloureux souvenir de 2008 est revenu la hanter dans les 500 derniers mètres de la course, au moment où les représentantes des Pays-Bas tentaient de doubler les Canadiennes.

«Je me suis dit: 'cette fois-ci, ça ne se passera pas comme ça', a-t-elle relaté. J'ai eu une pensée pour mes anciennes coéquipières de 2008. Je me suis dit que pour elles, je devais me défoncer parce que je ne voulais pas qu'elles nous refassent le coup.»

Morin est la seule québécoise de l'équipage de la barreuse torontoise Lesley Thompson-Willie. Les autres membres sont Janine Hanson, de Winnipeg, Rachelle Viinberg, de Regina, Krista Guloien, de Port Moody, en Colombie-Britannique, Lauren Wilkinson, de Burnaby Lake, et Darcy Marquardt, de Richmond, toutes deux aussi de la C.-B., ainsi que les Torontoises Nathalie Mastracci et Ashley Brzozowicz.

La barreuse Thompson-Willie, âgée de 52 ans, a remporté une médaille lors de cinq Jeux olympiques différents, un exploit qui n'avait jamais été réalisé par un athlète canadien.

«Elle est le moteur de cette équipe et c'est le cas depuis 1979, a dit sa coéquipière Janine Hanson. Quelle carrière phénoménale! Cinq médailles!»

Américaines imprenables

Les Canadiennes avaient dans leur mire de mettre fin à la domination des Américaines, qui sont invincibles sur la scène internationale depuis 2006. Ce printemps, elles les avaient chauffées à la Coupe du monde de Lucerne, en Suisse.

Mais jeudi les Américaines étaient trop fortes. Elles ont connu un départ-canon et n'ont jamais regardé derrière. Morin ne pouvait pas identifier ce qui a fait la différence.

«Je ne sais pas ce que les Américaines ont fait dans leur bateau, mais moi je sais ce que j'ai fait dans le mien et je suis très satisfaite», a-t-elle commenté.

«Le plan était de nous concentrer sur notre propre performance. Nous avons fait une très belle course. Avant le départ, on s'est dit: 'allez, on y va, pas de regret, on se défonce'. C'est ce que nous avons fait, et nous sommes très contentes.

«Après 1000 mètres, Lesley (la barreuse) nous a dit croyez en vous-mêmes, croyez que vous êtes capables. Nous avons augmenté le rythme aussitôt et nous avons décollé. Nous n'avons pas eu un moment de doute.

«Moi, j'ai cru jusqu'au dernier coup de rame que nous pouvions les devancer», a-t-elle affirmé.

Le dernier équipage féminin médaillé olympique avait été celui des Jeux de Sydney en 2000 (bronze).

La retraite

L'exploit de jeudi a marqué pour Morin, qui va célébrer son 31e anniversaire de naissance pendant les JO, l'aboutissement d'une carrière de 12 années en aviron au sein de l'équipe nationale.

Entourée de ses parents, Anne et Georges, ainsi que de son frère Charles-Édouard et d'amis d'enfance, elle a confirmé qu'elle venait de livrer sa toute dernière course.

«C'est terminé pour moi, a-t-elle dit. Quand je suis revenue en 2010, j'estimais que c'était la bonne chose à faire parce que j'y croyais. À compter de maintenant, je m'adonnerai à la course à pied et je ferai du sport quand je vais en avoir le goût.»

Elle va se consacrer entièrement à ses études à l'Université de Montréal, où elle entreprendra sa troisième année en droit dans quelques semaines.

«Je peux changer de passion rapidement», a-t-elle conclu, en disant souhaiter que la médaille olympique qu'elle a gagnée contribue au rayonnement de l'aviron au Québec.

Les plongeuses ont donné le ton

Rencontré sur le site d'aviron et de canoë-kayak après l'obtention de la médaille d'argent du huit de pointe féminin, le chef de mission de l'équipe canadienne, Mark Tewksbury, s,est dit satisfait de la récolte de sept médailles du Canada jusqu'ici.

«Notre équipe offre une performance fantastique jusqu'à maintenant, nous sommes sur une lancée, a-t-il dit. Au village des athlètes, c'est la fête à chaque fois que nous gagnons une médaille. Ça crée une belle dynamique entre les athlètes et tout le monde est emballé pour la suite des choses.»

Pour Tewksbury, la médaille de bronze des plongeuses Émilie Heymans et Jennifer Abel, dimanche dernier, a provoqué une réaction en chaîne.

«Nous avons été chanceux dès le début des Jeux de remporter une médaille en plongeon. Peu de temps après, nous avons connu cette journée de trois médailles. Et trois autres ces derniers jours, incluant les deux d'argent en aviron», a-t-il dit.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

5e journée des JO: les résultats des athlètes canadiens
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Les Canadiens emboîtent le pas (Olympique)

Aviron: le huit dames canadien décoré d'argent à son tour