NOUVELLES

Washington maintient que les sanctions contre l'Iran ont un impact "décisif"

01/08/2012 03:14 EDT | Actualisé 01/10/2012 05:12 EDT

La Maison Blanche a insisté mercredi sur le fait que les sanctions prises contre l'Iran avaient un impact "décisif", peu après les propos du Premier ministre israélien affirmant qu'elles n'ont toujours pas poussé Téhéran à revenir sur son programme nucléaire controversé.

Le porte-parole du président Barack Obama, Jay Carney, a déclaré depuis l'avion Air Force One que l'Iran devait "déjà faire le choix qu'il a besoin de faire, à savoir d'abandonner son projet d'arme nucléaire".

"Nous sommes entièrement d'accord avec le constat du Premier ministre (israélien Benjamin Netanyahu) que l'Iran n'a pas encore réussi à faire ce choix et que cela représente une déception complète", a-t-il ajouté.

Mais M. Carney a tenu à souligner que les sanctions prises contre le pays avaient "eu un impact décisif sur l'économie" de la République islamique.

M. Netanyahu avait estimé dimanche, lors d'une rencontre avec le candidat républicain à la Maison Blanche Mitt Romney, que le renforcement récent des sanctions contre Téhéran ainsi que les négociations internationales n'avaient "pas fait reculer jusqu'ici le programme iranien d'un iota".

Il a de nouveau abordé cette question mercredi lors d'un entretien avec le secrétaire à la Défense américain Leon Panetta, en déplacement à Jérusalem. "Vous avez récemment déclaré que les sanctions contre l'Iran ont un impact important sur l'économie du pays, et cela est vrai", a lancé le chef du gouvernement israélien. "Mais malheureusement, il est aussi vrai que ni les sanctions ni la diplomatie n'ont eu jusqu'à présent un impact sur le programme d'armement nucléaire" de Téhéran.

"Vous avez vous-même assuré il y a quelques mois que lorsque tout aura échoué, l'Amérique agira. Mais ces déclarations n'ont pas non plus convaincu les Iraniens de mettre un terme à leur programme", a insisté M. Netanyahu.

Mardi, les Etats-Unis ont annoncé avoir encore renforcé leurs sanctions contre l'Iran en raison du "non-respect de ses obligations internationales", et pénalisé des banques chinoise et irakienne ayant selon eux aidé Téhéran dans ses activités de prolifération nucléaire "illicites".

L'Iran continue de nier que son programme nucléaire a des visées militaires.

col/sam/bdx

PLUS:afp