NOUVELLES

USA: L'Etat de l'Oregon sous la menace d'un séisme majeur (étude)

01/08/2012 09:00 EDT | Actualisé 01/10/2012 05:12 EDT

L'Etat de l'Oregon, situé sur la côte ouest des Etats-Unis, a 40% de chances de subir, dans les 50 prochaines années, un séisme de la même ampleur que celui survenu au Japon en 2011, a affirmé une étude mercredi.

Le Nord-Ouest Pacifique, la région qui s'étend de la frontière nord de la Californie à Vancouver, au Canada, en passant par Seattle, a subi 19 tremblements de terre majeurs d'une magnitude de 8,7 à 9,2 lors des 10,000 dernières années, selon les auteurs de l'étude, chercheurs à l'université de l'Etat de l'Oregon.

Encore plus touché, le sud de cette zone -- dite de la faille Cascadia qui sépare les plaques nord-américaine et Juan de Fuca -- a subi 22 autres séismes entre Newport et Coos Bay, dans l'Oregon, précise l'étude.

"La partie sud de (la faille) Cascadia a un niveau de récurrence sismique pour de forts tremblements de terre bien plus élevé que l'extrémité nord et, franchement, un séisme majeur peut arriver à tout moment," affirme l'auteur principal de l'étude, Chris Goldfinger, dans un communiqué.

Publiée en ligne par les services américains de veille géologique et sismique (US Geological Survey), l'étude indique aussi que le séisme en question pourrait être de l'ampleur de celui qui a secoué les côtes japonaises le 11 mars 2011, à une magnitude de 9,0. Près de 19.000 personnes avaient trouvé la mort, principalement à cause du tsunami qui avait suivi les secousses.

L'Oregon est pour l'instant bien moins préparé à affronter une telle catastrophe que le Japon, l'une des zones les plus exposées aux tremblements de terre.

Cette question de la préparation à un séisme majeur a déclenché une vaste polémique dans l'Etat concerné, qui abrite près de 4 millions d'habitants. Alors que certains considèrent que les infrastructures sont loin d'être suffisamment solides pour résister à de fortes secousses, d'autres estiment que les sommes nécessaires à leur modernisation pourraient être utilisées à d'autres fins plus urgentes, telles que la construction de routes.

Selon les récits transmis par les Amérindiens, de nombreux séismes ont frappé cette région, dont un majeur en janvier 1700.

sct/mdl/sat/lor

PLUS:afp