NOUVELLES

Syrie: les rebelles ont des chars et des armes lourdes à Alep, selon l'ONU

01/08/2012 12:43 EDT | Actualisé 01/10/2012 05:12 EDT

Les rebelles syriens sont en possession de chars et d'armes lourdes dans la ville d'Alep, selon la mission de l'ONU en Syrie, a déclaré mercredi le porte-parole des Nations unies.

"Les observateurs ont confirmé l'information selon laquelle l'opposition est en possession d'armes lourdes, dont des chars, à Alep", a déclaré Martin Nesirky à des journalistes.

Selon lui, il s'agit d'armes qui étaient auparavant détenues par l'armée syrienne.

Les observateurs des Nations unies sont allés dans la ville du nord du pays mardi. L'affrontement entre les troupes régulières et les rebelles se concentre depuis le 20 juillet sur Alep, capitale économique du pays, vers laquelle régime et rebelles ont envoyé de nouveaux renforts.

Les observateurs de l'ONU en Syrie ont également affirmé mercredi que les troupes régulières avaient eu recours à des avions de chasse pour tirer sur Alep.

"Les Nations unies ont rappelé aux deux parties leurs obligations au niveau humanitaire et concernant la protection des civils", a ajouté Martin Nesirky.

Plus de 200.000 habitants ont fui Alep selon l'ONU et M. Nesirky a précisé que la plupart de ceux encore sur place ont trouvé abri dans des écoles ou d'autres bâtiments publics.

M. Nesirky a aussi rappelé le point de vue du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon. Celui-ci insiste pour que la communauté internationale fasse pression sur les deux camps qui s'affrontent, "et pas seulement sur l'armée syrienne même si bien sûr elle se taille la part du lion au niveau des responsabilités de ce qui arrive".

"Il faut aussi faire pression sur les rebelles, qu'ils écoutent ce que l'on dit et cessent les combats", a ajouté Martin Nesirky.

Les Etats-Unis ont de leur côté affirmé mercredi que Bachar al-Assad était "lâche", et jugé "méprisable" "d'avoir un homme qui se cache et se tient à l'abri tout en ordonnant à ses soldats de continuer à massacrer les civils de son propre pays", selon le département d'Etat.

Les activistes syriens estiment que plus de 20.000 personnes sont mortes depuis le début de la révolte en mars 2011.

tw/bdx/lb

PLUS:afp