NOUVELLES

Sixième en synchro avec Ross, Despatie dit avoir franchi une grosse étape

01/08/2012 11:06 EDT | Actualisé 01/10/2012 05:12 EDT

LONDRES - Le plongeur Alexandre Despatie a retrouvé de bonnes sensations sur le plongeoir à ses débuts aux Jeux de Londres, mercredi, et il s'est dit encouragé en vue de l'épreuve individuelle au tremplin de trois mètres, qui va se mettre en branle lundi.

On ne s'attendait pas à ce que Despatie et son coéquipier Reuben Ross cassent la baraque au Centre aquatique du parc olympique, à l'occasion du concours synchro masculin.

À son arrivée à Londres, la semaine dernière, Despatie n'avait pas caché que ce retour à la compétition pour lui, six semaines après avoir été victime d'un accident à l'entraînement en juin, était une forme de rodage pour l'épreuve en solo.

Le sixième rang que Ross et lui ont obtenu, sur les huit duos en lice, reflète bien leur statut mondial, selon l'entraîneur des deux plongeurs.

«Nous n'avions aucun espoir de remporter une médaille, a déclaré Arturo Miranda. Alex et Reuben ne figuraient pas parmi les favoris, et ils ont dû y aller avec une liste de sauts à coefficient de difficulté moins élevé parce qu'ils ont manqué de temps à l'entraînement. Nous avons tenu une vingtaine d'entraînements au lieu de la cinquantaine que nous aurions dû normalement avoir.»

Despatie et Ross ont totalisé 421,83 points, soit 55,17 de moins que les champions chinois, Qui Lay et Luo Yutong (477,00). Les Russes Ilya Zakharov et Evgeny Kuznetsov (459,63) ainsi que les Américains Chris Mears et Nicholas Robinson-Baker (446,70) ont récolté les médailles d'argent et de bronze, respectivement.

Despatie n'a jamais été médaillé dans les épreuves en synchro aux Jeux olympiques. En 2004, à la tour, il avait pris le cinquième rang avec Philippe Comtois et il a fini à la même position en 2008 à Pékin, avec Miranda.

Ross, qui ne s'est pas qualifié pour l'épreuve individuelle, a relevé que le manque d'entraînement ensemble avait été un facteur, tout en avouant qu'il aurait pu être davantage à la hauteur, mercredi.

De toute façon, l'équipe canadienne a abordé l'épreuve comme une de réchauffement pour Despatie, double médaillé d'argent olympique en titre au trois mètres.

Son entraîneur a beaucoup apprécié ce qu'il a vu aux abords de la piscine.

«Alex a très bien plongé, je suis heureux, a avancé Maranda. Il m'a montré qu'il est concentré sur la tâche à accomplir et prêt à offrir une solide performance. J'espère que ça va augmenter sa confiance. Moi ç'a augmenté la mienne de le voir dans cet état d'esprit. Je sais qu'il a tous les atouts pour réussir.»

Un aspect positif, c'est qu'il a bien réussi le triple saut périlleux et demi retourné, celui qui lui a occasionné de sérieux maux de tête le 12 juin.

Despatie a subi une commotion cérébrale et il a dû être opéré après avoir subi une profonde lacération à la tête, après avoir heurté le plongeoir à Madrid, avant une compétition du Grand Prix.

«Je m'étais promis de ne pas y penser sur le tremplin, mais j'en ai été incapable, a confié Despatie. J'ai vite chassé la pensée et je me suis élancé vers l'arrière. Je suis content du résultat. Je n'ai commis qu'une petite erreur.»

Miranda ne cesse de rappeler à Despatie de se concentrer sur sa technique et d'exécuter le saut comme si c'était toujours la première fois.

«Il ne l'a pas manqué une seule fois depuis que nous sommes ici», a souligné l'entraîneur.

Une grosse étape

Au sujet de la compétition, Despatie a parlé d'une «grosse étape» de franchie pour lui, surtout sur le plan psychologique.

«Je ne savais pas trop à quoi m'attendre, j'étais un peu angoissé, mais là je me sens mieux, a-t-il affirmé. Ç'a super bien été et ç'a augure bien pour les quatre prochaines journées d'entraînement.»

Il a dit avoir eu du plaisir et retrouvé un sentiment de bien-être sur le plongeoir. Techniquement, il a mentionné qu'il a encore beaucoup de choses à peaufiner.

«Il y a des journées à l'entraînement qui ne vont pas comme je le veux. Mais aujourd'hui, je me sentais bien et en possession de mes moyens. Pas à 100 pour cent, a-t-il précisé quand on lui a posé la question. Je le répète, c'est un processus (celui de remise en forme) qui va durer jusqu'à l'épreuve. Ce matin (mercredi) encore, je travaillais à améliorer des aspects. Je devrai continuer de le faire et de gagner de la confiance.»

Despatie a expliqué qu'il va jouer la carte de la prudence au cours des préliminaires et de la demi-finale, en présentant des listes conservatrices de sauts à coefficient de difficulté moins élevé.

Il va y aller le tout pour le tout en finale, en tentant ses plus gros plongeons comme le quadruple périlleux et demi avant et le triple périlleux et demi retourné.

Peu importe ce qui arrivera, Despatie a dit que cette dernière malchance, qui a failli lui faire rater sa quatrième participation aux JO, ne sera pas une excuse.

«Physiquement et psychologiquement je me sens bien. Ce sera à moi de mettre tous les morceaux ensemble pendant la compétition. Je n'utiliserai jamais l'accident comme une excuse. Je n'ai jamais fait ça auparavant, et je ne le ferai jamais», a-t-il résumé.

PLUS:pc