NOUVELLES

Rallye de Finlande - Une lutte indécise entre les sapins

01/08/2012 05:29 EDT | Actualisé 01/10/2012 05:12 EDT

Les pilotes nordiques, parmi lesquels Hirvonen, Latvala, Solberg voire Ostberg, tenteront de redevenir les maîtres du Rallye de Finlande, disputé de jeudi à samedi, et détrôner ainsi le Français Sébastien Loeb, tenant du titre, qui caracole en tête du Championnat.

Loeb, seul pilote latin à avoir signé deux succès (2008 et 2011) dans les forêts qui bordent les grands lacs finlandais, possède 38 points d'avance sur son premier poursuivant, son coéquipier chez Citröen, Mikko Hirvonen, le local de l'étape, vainqueur en 2009.

Le Français, brillant vainqueur l'an passé, capitalise également 55 points de plus que le Norvégien Petter Solberg, pilote Ford, dont le meilleur résultat ici a été une deuxième place, en 2003, l'année de son sacre mondial. Actuellement troisième au classement général provisoire, Solberg a hâte d'en découdre d'autant que la légendaire spéciale "Ouninpohja" fait son retour et se disputera à deux reprises samedi, dont une fois en tant que Power Stage (ES18).

Considérée par de nombreux pilotes comme la plus belle de la saison, elle offre sur les premiers vingt kilomètres des routes larges et rapides parsemées d'impressionnants "jumps", des sauts pouvant atteindre une quarantaine de mètres. Une épingle à cheveux mène ensuite à une portion d'une dizaine de kilomètres plus technique dans la forêt.

"Le rallye devrait se décider sur ces routes", a estimé Solberg, 37 ans, qui en détient le meilleur chrono depuis 2005. "Cette spéciale est incroyablement exigeante. Elle n'est pas technique au sens propre du terme mais la vitesse atteinte dans la partie large est si élevée que la moindre faute nous condamne à un abandon certain".

Le Norvégien toujours en quête d'un nouveau succès depuis le dernier acquis en Grande-Bretagne en 2005, ne pourra pas complètement compter sur un éventuel relâchement de Loeb, dont l'écurie Citröen possédait également 55 points d'avance sur Ford l'an passé, ce qui ne l'avait pas incité pour autant à "assurer".

"Je le répète chaque année, il ne s'agit pas vraiment de mon rallye préféré, a expliqué le Français. Les spéciales sont magnifiques mais je trouve les arbres un peu trop près de la route."

"Mon avance au Championnat du monde est telle que je ne suis pas obligé de prendre des risques", a poursuivi Loeb vainqueur de cinq des sept rallyes disputés cette saison. "Mais si j'ai le sentiment que je suis en mesure de m'imposer, je n'hésiterai pas", a prévenu le pilote Citröen qui demeure l'un des trois pilotes latins, avec Carlos Sainz et Didier Auriol, victorieux en terre finlandaise.

L'octuple champion du monde devra cependant se méfier en priorité de son propre coéquipier Mikko Hirvonen, victorieux donc en 2009 puis très malchanceux les deux années suivantes. Le transfuge de Ford avait effectué en 2010 une interminable série de tonneaux à la réception d'un saut dès le vendredi matin, puis avait dû se résoudre à rester au pied du podium l'an dernier après avoir connu des problèmes moteurs.

"Ce que nous ressentons à Ouninpohja? C'est indescriptible. On frôle la sortie de route à chaque +jump+. Le bonheur se prolonge encore après le point stop, quand on repense à ce qu'on vient de faire", a expliqué le Finlandais qui a décidé d'"être un peu plus prudent" en début de rallye... "sans perdre trop de temps!".

Il confirme ainsi l'opinion de son compatriote et ancien coéquipier chez le constructeur américain, Jari Matti Latvala, vainqueur en 2010 et trois fois sur le podium au cours des trois dernières saisons: "Ce rallye est un sprint, au sens littéral du terme. En raison de la vitesse, les écarts sont minuscules et si vous faites une erreur, aussi minime soit-elle, vous ne regagnerez jamais les secondes perdues".

syd/nip/we

PLUS:afp