NOUVELLES

Les écoles fermées au Darfour après une manifestation meurtrière

01/08/2012 05:10 EDT | Actualisé 30/09/2012 05:12 EDT

Les autorités soudanaises ont fermé mercredi les écoles du Darfour, dans l'ouest du pays, au lendemain de la mort de huit personnes lors d'une manifestation, la plus violente depuis le début en juin d'un mouvement de contestation contre l'inflation et le régime.

Un habitant a rapporté que la radio locale de Nyala, la capitale de l'Etat soudanais du Sud-Darfour, avait annoncé la fermeture des écoles, ajoutant que la police était déployée dans la ville bien qu'aucune manifestation n'ait eu lieu depuis les violences de mardi.

Le principal marché de la ville, où les manifestants s'étaient rassemblés la veille, était également fermé mercredi, selon cet habitant.

Selon la police, cité par l'agence officielle Suna, mardi "huit personnes ont été tuées et 24 blessées, dont trois policiers dans un état grave".

Il s'agit des premiers décès officiellement confirmés depuis le début le 16 juin d'un mouvement de contestation, minimisé par le président Omar el-Béchir, au pouvoir depuis 23 ans, qui a assuré qu'il n'était pas comparable au Printemps arabe qui a chassé plusieurs dirigeants historiques de la région.

De son côté, un militant de Sudan Change Now, un mouvement de la jeunesse, a accusé les forces de l'ordre d'avoir tiré à balles réelles sur les manifestants et fait état de 12 morts.

str-it/sbh/sw

PLUS:afp