NOUVELLES

Le ravisseur yéménite d'un Italien promet de le libérer rapidement

01/08/2012 07:52 EDT | Actualisé 01/10/2012 05:12 EDT

Un chef tribal yéménite, ravisseur d'un garde de sécurité de l'ambassade d'Italie à Sanaa, a promis de le libérer dans quelques jours, dans une déclaration mercredi sur un site d'information privé.

"Il y a une médiation tribale, dont je ne veux pas révéler les détails, et si Dieu le veut, le problème sera réglé", a déclaré Ali Nasser Hariqdane, de la tribu des Al-Jalal à Marib, à l'est de Sanaa, au site Marebpress.net.

Il a affirmé que la médiation avait permis "certains progrès" mardi et indiqué qu'il devait revoir les médiateurs mercredi soir. "Si Dieu le veut tout sera réglé et nous libérerons l'otage cette nuit, demain ou dans les deux prochains jours, a ajouté le ravisseur au site proche des tribus.

M. Harigdane a affirmé n'appartenir à aucun parti politique, à "aucune organisation terroriste". "J'ai des demandes et (l'otage) est un moyen de pression pour faire aboutir ces demandes auprès du gouvernement", a-t-il dit.

Il a indiqué vouloir une levée de l'interdiction de voyage le frappant, la restitution de biens confisqués, une indemnisation pour sa détention.

M. Harigdane a précisé qu'il ne demandait rien à l'Italie. "L'otage est un simple moyen de pression sur le gouvernement yéménite", a-t-il répété.

Il a enfin assuré que l'otage était bien traité et en bonne santé et qu'il disposait de tout ce qu'il demandait. Il a accès, selon lui, à internet et au téléphone et à des "moyens de divertissement, mieux que ce qu'il a en Italie".

Les autorités ont affirmé s'employer à obtenir "la libération de l'otage le plus rapidement possible". L'Italien avait été enlevé dimanche près de l'ambassade de son pays à Sanaa.

L'otage a été identifié par la presse italienne comme étant Alessandro Spadotto, 29 ans. Il a réussi à entrer en contact avec un membre de sa famille par un message SMS, selon le quotidien La Stampa.

Le Yémen est le théâtre de fréquents enlèvements d'étrangers par les tribus fortement armées, qui utilisent ce moyen de pression pour faire aboutir des revendications auprès des autorités.

Plus de 200 personnes ont été enlevées au Yémen ces quinze dernières années. Elles ont en grande majorité été libérées saines et sauves.

bur/mh/sw

PLUS:afp