NOUVELLES

Le Caire dément que Morsi ait écrit à Peres sur le processus de paix

01/08/2012 04:23 EDT | Actualisé 30/09/2012 05:12 EDT

Le Caire a démenti que le nouveau président égyptien, l'islamiste Mohamed Morsi, ait écrit à son homologue israélien Shimon Peres une lettre au sujet du processus de paix israélo-palestinien.

Le porte-parole de la présidence égyptienne, Yasser Ali, a "démenti les informations de presse affirmant que le président Morsi avait envoyé une lettre au président Peres", ont rapporté les médias gouvernementaux mercredi.

Mais un conseiller du président Peres a maintenu mercredi que le dirigeant israélien avait bien reçu une lettre de M. Morsi: "Nous l'avons reçue de l'ambassade (égyptienne) à Tel-Aviv".

"Nous avons vérifié avec eux et leur avons demandé si nous pouvions la publier, ils sont revenus vers nous et nous ont confirmé que nous pouvions le faire", a-t-il dit.

Contacté par l'AFP, un responsable de l'ambassade égyptienne a indiqué, sous couvert de l'anonymat, que l'attaché de presse était "en vacances" et ne pouvait être joint pour un commentaire.

Le bureau de M. Peres à Jérusalem avait annoncé mardi que M. Morsi s'était engagé dans une lettre à M. Peres à déployer "le maximum d'efforts" pour relancer le processus de paix israélo-palestinien, au point mort.

"J'ai hâte de déployer le maximum d'efforts pour remettre le processus de paix sur les rails afin d'établir la sécurité et la stabilité pour tous les peuples de la région, y compris le peuple israélien", aurait écrit M. Morsi dans sa missive, selon le bureau de M. Peres.

M. Peres, prix Nobel de la paix 1994, avait envoyé une lettre de félicitations à M. Morsi, candidat de la confrérie des Frères musulmans, après son élection en juin. Il lui a aussi adressé une deuxième missive à l'occasion du début du mois sacré musulman du ramadan le 20 juillet.

Dans sa lettre, M. Morsi remercie le président Peres pour ses voeux à l'occasion du ramadan, selon le communiqué du bureau de M. Peres.

L'arrivée au pouvoir de M. Morsi, premier chef d'Etat islamiste en Egypte, a suscité l'inquiétude en Israël concernant l'avenir du traité conclu en 1979, le premier accord de paix entre l'Etat hébreu et un pays arabe.

cr-scw/cco/vl

PLUS:afp