NOUVELLES

La Syrienne Bayan Jumah à Londres pour nager, pas pour parler politique

01/08/2012 06:30 EDT | Actualisé 01/10/2012 05:12 EDT

La Syrienne Bayan Jumah, nageuse originaire d'Alep, a souligné qu'elle participait aux JO de Londres pour représenter son pays sportivement, refusant d'évoquer la situation politique du pays en proie à une révolte contre le régime en place.

"Je ne m'intéresse pas vraiment à ce qui se passe politiquement en Syrie. Je me concentre juste sur la natation et mes études, c'est tout", a déclaré la nageuse de 18 ans, éliminée dès les séries du 100 m libre avec le 40e temps (59.78).

"J'étais en France pour mon entraînement lors des 18 derniers mois, j'ai donc fait une très bonne préparation", a précisé Jumah qui a participé aux Championnats du monde 2009 et 2011 où elle n'avait pas dépassé les séries.

"Je suis originaire d'Alep, j'ai de la famille là-bas. Dans le centre-ville, il n'y a rien", a ajouté la Syrienne qui, rappelle le site internet d'informations des JO-2012, était à Pékin pour les JO-2008, mais avait refusé de participer aux séries du 50 m libre, car elle était dans la ligne d'eau voisine d'une nageuse israélienne.

"Je ne me suis pas qualifiée (pour les demi-finales), j'étais ici pour représenter la Syrie, c'est le rêve de tout le monde de participer aux Jeux", a-t-elle souligné.

"J'espère rentrer chez moi bientôt, mais je ne suis pas sûre si je vais le faire et comment je vais le faire, mais la dernière fois que j'y étais, c'était OK", a-t-elle conclu.

Plus de 267.000 personnes ont quitté la Syrie depuis le début de la révolte qui s'est militarisée après sa répression par le régime de Bachar al-Assad. Plus de 20.000 autres ont péri dans les violences pendant cette période, d'après l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.

ryj-jr/ep

PLUS:afp