NOUVELLES

La centième marche nocturne marque le lancement de la campagne électorale

01/08/2012 08:41 EDT | Actualisé 01/10/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - Au premier jour de la campagne électorale, plusieurs milliers d'opposants à l'augmentation des droits de scolarité et d'autres militants de diverses causes sociales, faisant fi du temps menaçant, sont descendus dans les rues de Montréal, mercredi.

Il s'agissait de la centième manifestation nocturne depuis le début du conflit étudiant.

Plusieurs manifestants s'étaient munis de casseroles, rappelant du même coup le haut de la vague de la contestation étudiante du printemps dernier. Ils ont scandé des slogans contre les libéraux et contre les forces de l'ordre. A l'intersection des rues Ontario et Berri, des manifestants ont réussi à projeter des images sur un mur. Les images animées montraient une croix barrant des mots comme «opportunistes», «corruption», «mépris» ou encore «démagogie».

Les tensions ont été parfois vives entre les manifestants et les policiers qui ont utilisé des gaz irritants ainsi que des bombes assourdissantes et tenté de contenir la foule à divers moments. D'ailleurs, les forces de l'ordre étaient nombreuses.

Vers 22h30, les policiers ont ordonné la dispersion de la foule mais les manifestants ont continué à déambuler dans les rues du centre-ville, la quasi totalité de façon pacifique.

Les policiers ont dû notamment intervenir après que des manifestants eurent tenté de construire une barricade de fortune sur la rue Sainte-Catherine.

L'importance de la manifestation a contraint le Service de Transport de Montréal (STM) à avertir ses usagers que certaines lignes pouvaient être perturbées.

Certaines personnes s'étaient déguisées pour se moquer du règlement anti-masque adopté par la ville de Montréal. L'une d'entre elles avait opté pour un déguisement de... lapin. La mascotte de ces manifestations, l'Anachopanda, était également présente.

Un manifestant a été blessé alors qu'il a été heurté par une automobile à l'intersection Saint-Denis/Laurier, ont indiqué divers médias. Le conducteur ne s'est pas arrêté.

Une autre personne, qui ne participait à la manifestation a également été blessée, atteint par un projectile. Il saignait du visage.

Partis de l'intersection Jarry/Saint-Denis, dans le quartier Villeray, plusieurs centaines de manifestants se sont dirigés vers le parc Émilie-Gamelin, près de l'UQAM, où les attendaient d'autres centaines de protestataires.

Le compte Twitter du Service de police de la ville de Montréal (SPVM) signalait une autre manifestation circulant sur la rue Ontario, se dirigeant également vers le parc Émilie-Gamelin. Aucune d'entre elles ne semblent avoir été déclarées illégales.

Mais la manifestation des marcheurs regroupés a été déclarée illégale par le SPVM en vertu du règlement municipal.

Au moins une dizaine d'arrestations ont été effectuées, pour utilisation de pièces pyrotechniques, pour méfaits et pour avoir lancé des projectiles aux policiers, a indiqué le SPVM.

Certains candidats de Québec Solidaire, dont les coporte-parole Françoise David et Amir Khadir, ont pris part à la marche.

PLUS:pc