NOUVELLES

JO-2012 - 100 m libre: Nathan Adrian en or

01/08/2012 04:11 EDT | Actualisé 01/10/2012 05:12 EDT

L'Américain Nathan Adrian est devenu mercredi champion olympique du 100 m nage libre, l'épreuve reine de natation, en s'imposant en 47 sec 52/100, avec la plus faible des marges (01/100) sur l'Australien James Magnussen.

Adrian, qui succède au palmarès au Français Alain Bernard, a devancé Magnussen (2e en 47.53) et le Canadien Brent Hayden (3e en 47.80), qui a privé d'une quatrième médaille londonienne le Français Yannick Agnel, double champion olympique 2012 (200 m libre, relais 4x100 m) et médaillé d'argent sur le relais 4x200 m, 4e à seulement 04/100 du podium.

Le Brésilien Cesar Cielo, 25 ans, détenteur du record du monde (46.91) et champion du monde 2009, a pris la 6e place.

Les Etats-Unis n'avaient plus gagné l'épreuve reine de la natation depuis Matt Biondi en 1988 à Séoul.

"J'ai touché le mur et je me suis dit: +sympa, j'ai gagné+. Il m'a fallu quinze secondes pour me dire: +bon sang, c'est les jeux Olympiques!+. Je regarde ça depuis que je suis tout petit et ça fait du bien (de gagner)", a dit Adrian.

Adrian, 23 ans, s'est adjugé sa première médaille individuelle dans un grand championnat (JO et Mondiaux) alors que le rôle de favori était dévolu à Magnussen, 21 ans, champion du monde en titre et meilleur performeur de la saison (47.10), le meilleur temps de l'histoire sans combinaisons.

Magnussen, qui avait signé le meilleur temps des demi-finales (47.63) devant Adrian, pouvait devenir le premier Australien sacré champion olympique sur 100 m libre depuis Mike Wenden (1968 à Mexico), ce qui lui aurait permis d'effacer son mauvais souvenir du relais 4x100 m libre de Londres (4e avec l'Australie).

L'Australien est presque parvenu à refaire son retard dans le dernier 50 m après avoir touché ce mur en 5e position, avec 19/100 de retard sur Adrian (3e).

"J'ai fait de mon mieux mais ce n'était pas assez, a dit Magnussen. Cela fait pas mal de déceptions depuis quelques jours. Ce sont des Jeux difficiles."

"Quand tu perds de si peu, tu te demandes ce qui tu aurais pu faire différement mais malgré ça, je n'ai aucun regret", a-t-il ajouté.

"La deuxième longueur était éprouvante, nerveuse, a raconté Adrian qui était le premier relayeur du relais 4x100 m libre américain, médaillé d'argent.

"Il fallait que je me concentre sur ma propre course, mais ce n'est pas facile de faire ça à côté d'un gars (Magnussen) qui nage le dernier 50 m dans les 24 secondes", a reconnu le nouveau roi du sprint.

"Moi, je suis du genre à partir vite mais à moins bien tenir que lui (Magnussen) à la fin", a-t-il expliqué.

bpe-ryj/jr

PLUS:afp