NOUVELLES

EXCLUSIF AFP - Deschamps: sans "comportement idéal", les joueurs "se condamneront eux-mêmes"

01/08/2012 09:29 EDT | Actualisé 01/10/2012 05:12 EDT

Les joueurs de l'équipe de France qui n'auront pas un "comportement idéal" lors des rassemblements "se condamneront eux-mêmes" et risquent de ne plus être convoqués, a déclaré le sélectionneur des Bleus Didier Deschamps, mercredi dans un entretien exclusif à l'AFP.

"Je souhaite ardemment que tout le monde ait une attitude et un comportement idéal, a dit le successeur de Laurent Blanc. S'il y en a qui ne l'ont pas, ce n'est pas moi qui ne vais pas les prendre: ils se condamneront eux-mêmes. Le fait de sélectionner ou de ne pas sélectionner, c'est une forme de sanction sportive".

Concernant les sanctions prises par la commission de discipline de la Fédération (FFF) à l'encontre de Samir Nasri (3 matches de suspension) et de Jérémy Ménez (1) à la suite de leur comportement lors de l'Euro-2012 ayant nui à l'image des Bleus, Deschamps a estimé qu'il n'avait "pas à commenter les décisions prises".

"Le rôle de tout entraîneur ou sélectionneur est de définir un cadre, a-t-il développé. Mieux il est défini, mieux c'est. Il faut évidemment le respecter dans le temps, être très vigilant. J'aurai un discours devant les joueurs sur les règles de vie, de groupe, qui devront être respectées".

"De par l'historique, ce qui s'est passé en 2010 et dans cet Euro-2012, les joueurs doivent prendre conscience d'un devoir d'exemplarité sur le terrain et en dehors. Il y a deux choses importantes: la notion de plaisir, de représenter la France, de porter ce maillot, et parallèlement, un esprit. Etre international français, ça doit être au-dessus de tout, même pour les joueurs qui jouent dans des grands clubs et de grandes compétitions", a-t-il souligné.

"Je ne vais pas utiliser le terme de tolérance zéro, mais avec ce qui s'est passé, le supporter français attache autant d'importance au résultat qu'au comportement, a-t-il poursuivi. Même si ce ne sont pas des choses graves au sens propre du terme, ça dérange, ça indispose, voire plus pour certains. On ne peut pas faire l'unanimité, mais il faut que les joueurs soient très vigilants".

Didier Deschamps, ex-entraîneur de Marseille (2009-2012) a été nommé à la succession de Laurent Blanc à la tête des Bleus le 8 juillet. Son premier match aux commandes de l'équipe de France se jouera le 15 août au Havre contre l'Uruguay, en amical.

ybl/pgr/gv

PLUS:afp