NOUVELLES

Charles-Alexandre Dubé, une étoile montante qui brille dans «Liverpool»

01/08/2012 01:27 EDT | Actualisé 01/10/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - Le téléphone de Charles-Alexandre Dubé sonne beaucoup ces derniers temps. En fait, depuis qu'il a reçu son diplôme du Conservatoire, en 2010, le jeune comédien de 24 ans ne chôme pas. Et sa cote est définitivement à la hausse.

«J'ai été super chanceux, ça s'est fait vite. Je touche du bois», a-t-il affirmé lundi dernier, lors de la journée de promotion du long métrage «Liverpool».

On a vu Charles-Alexandre Dubé dans les séries télévisées «19-2» et «O'» — son rôle dans ce téléroman lui a d'ailleurs valu une nomination aux Gémeaux dans la catégorie du meilleur acteur de soutien.

Au grand écran, il a tourné sous la houlette de Ken Scott («Starbuck») et Benoît Pilon («Décharge») avant de se retrouver entre les mains de Manon Briand, qui lui a offert son premier rôle principal au cinéma dans «Liverpool».

La réalisatrice ne tarit d'ailleurs pas d'éloges au sujet du jeune comédien qu'elle a dirigé.

«Pour moi, ça a été une révélation en audition, parce qu'il avait une sensibilité, une intelligence de la caméra. Il est capable de faire très petit, mais de dire beaucoup. Il a quelque chose dans le regard qui est pur, et c'est ça qui m'a ravie», a fait valoir Manon Briand.

Malgré ses airs de «petit nouveau», Charles-Alexandre Dubé est «un professionnel aguerri», a signalé la réalisatrice.

«On pourrait penser que je l'ai pris sous mon aile, mais curieusement, non, a-t-elle fait valoir. Charles-Alexandre a une grande expérience de plateau. Et c'est vraiment un excellent acteur. Je suis convaincue qu'il va avoir un avenir super brillant.»

L'automne s'annonce chargé pour le jeune premier. Avant de reprendre le tournage du téléroman «O'», en novembre, il passera un mois à Percé pour le tournage de «La maison du pêcheur».

Les yeux de Charles-Alexandre Dubé, à qui le réalisateur Alain Chartrand a confié le rôle du felquiste Francis Simard, s'illuminent lorsqu'il évoque ce projet.

«Je fais le plus radical de la 'gang', celui qui est à l'écart et qui ronge son frein un peu. C'est 'le fun', c'est un beau personnage.»

PLUS:pc