NOUVELLES

USA: nouvelles sanctions en vue au Congrès contre l'Iran cette semaine

31/07/2012 04:28 EDT | Actualisé 30/09/2012 05:12 EDT

Le Congrès américain pourrait voter cette semaine de nouvelles sanctions économiques contre l'Iran pour renforcer les restrictions actuelles imposées au secteur énergétique du pays, afin que ce dernier mette un terme à ses activités nucléaires suspectes.

A la Chambre des représentants comme au Sénat, républicains et démocrates sont parvenus lundi soir à un accord sur un nouveau projet de loi.

Celui-ci viserait toute personne ou entreprise travaillant dans le secteur du gaz naturel, du pétrole ou de l'uranium iraniens, assurant la Compagnie nationale iranienne du pétrole, ou vendant des pétroliers à la République islamique.

Les législateurs veulent parvenir à une loi dans les prochains jours, avant la trêve estivale de six semaines, selon des conseillers parlementaires, qui ont précisé que la Chambre pourrait voter mercredi et le Sénat jeudi ou vendredi.

A moins que les Iraniens ne "jouent la transparence sur leur programme nucléaire, mettent fin à la répression du peuple et arrêtent leur soutien au terrorisme, ils font face à une isolation internationale accrue et à une pression économique et diplomatique renforcée", a déclaré le sénateur démocrate Tim Johnson. "Ce projet de loi envoie un message clair au régime iranien: les Etats-Unis sont engagés, par le biais de sanctions, à empêcher l'Iran de franchir le seuil nucléaire".

Cette loi renforcerait les sanctions adoptées par le Congrès américain l'an dernier. Celles-ci imposaient des amendes aux institutions financières étrangères en affaires avec la Banque centrale de l'Iran ou d'autres établissements financiers iraniens, menaçant de ce fait les partenaires de la République islamique de ne plus avoir accès au marché américain.

Le retour du débat sur les sanctions intervient après les spéculations sur une possible attaque israélienne contre les installations nucléaires iraniennes. L'Iran insiste sur les débouchés pacifiques de son programme nucléaire.

Le président Barack Obama a signé mardi un décret imposant de nouvelles sanctions contre les secteurs pétrolier et pétrochimique iranien, tandis que le Trésor a pénalisé des banques chinoise et irakienne accusées d'avoir aidé Téhéran dans ses activités de prolifération nucléaire.

mlm/sat/bar

PLUS:afp