NOUVELLES

Terrorisme: Washington dénonce Al-Qaïda et l'Iran (rapport 2011)

31/07/2012 01:19 EDT | Actualisé 30/09/2012 05:12 EDT

Al-Qaïda est "sur la voie du déclin" après la mort de plusieurs de ses dirigeants mais ses ramifications restent une menace dans certaines régions vulnérables, a indiqué mardi le département d'Etat dans son rapport annuel 2011 sur le terrorisme.

Le document prévient aussi que l'Iran a été le "principal soutien mondial du terrorisme", apportant son aide "à des groupes militants et terroristes à travers tout le Moyen-Orient".

Aussi bien l'Iran qu'Al-Qaïda ont aidé à fomenter des troubles et à répandre une "idéologie extrêmement violente" dans certaines des régions les plus fragiles, poursuit le texte.

Evoquant le raid conduit en mai 2011 par les forces spéciales américaines contre la résidence d'Oussama ben Laden à Abbottabad au Pakistan, qui a conduit à la mort du chef d'Al-Qaïda, le rapport souligne que ce dernier "était resté profondément impliqué dans la direction des opérations (du groupe) et l'établissement de sa stratégie".

"La disparition de Ben Laden et de plusieurs de ses lieutenants place le réseau sur la voie du déclin d'où il sera difficile de revenir", ajoute-t-il.

Malgré cet affaiblissement, le département d'Etat dit avoir constaté la montée de groupes affiliés à la nébuleuse extrémiste à travers le monde. Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) a en particulier constitué une "menace sérieuse", gagnant des territoires dans le sud du Yémen où il "profite des troubles dans ce pays pour fomenter des complots visant des intérêts régionaux et occidentaux".

La branche nord-africaine du réseau, Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), "bien que traditionnellement la plus faible des ramifications, a vu ses coffres se remplir en 2011 avec de l'argent issu de rançons, une pratique que les groupes terroristes utilisent à leur plus grand avantage".

Le rapport indique aussi que la branche irakienne d'Al-Qaïda s'est montrée "déterminée" et "a essayé d'étendre son réseau en Syrie en cherchant à exploiter la révolte populaire contre la dictature de Bachar al-Assad".

Mais pour Washington, l'une des principales menaces pour les Etats-Unis reste l'Iran, qualifié officiellement en 1984 d'Etat soutenant le terrorisme.

"L'Iran est resté en 2011 un Etat soutenant activement le terrorisme et a accru ses activités liées au terrorisme", peut-on lire dans le document adressé au Congrès, qui précise que Téhéran continue de fournir des armes et à entraîner des groupes tels que le Hamas palestinien ou le Hezbollah libanais.

Le rapport note en outre que le but de la République islamique a été de "profiter de l'instabilité politique résultant du Printemps arabe pour répondre à l'accroissement de la pression internationale sur Téhéran".

jkb/sam/bar

PLUS:afp