Huffpost Canada Quebec

Québec solidaire s'attaque au financement des caisses électorales

Publication: Mis à jour:
FRANCOISE DAVID
PC

Françoise David et Amir Khadir ont invité mardi les partis politiques québécois, qui entreront sous peu officiellement en campagne électorale, à adopter une série de mesures sur le financement des caisses électorales.

Les porte-parole de Québec solidaire, qui avaient convoqué les journalistes devant les bureaux du Parti libéral du Québec à Montréal, ont demandé à leurs adversaires de faire en sorte que les campagnes électorales ne dépendent plus du financement qu'y injectent les acteurs du monde des affaires.

« La démonstration qu'une relation malsaine s'est établie entre les vieux partis et certains acteurs économiques n'est plus à faire. Les collecteurs de fonds des partis sollicitent des gens d'affaires qui se sentent obligés de contribuer pour garder de bonnes relations avec les donneurs d'ouvrage », a expliqué le député de Mercier, Amir Khadir, dans un communiqué.

« Nous avons publié un rapport accablant à propos de ce financement occulte. Les récentes déclarations de Jacques Duchesneau devant la commission Charbonneau dressent un portrait encore plus sombre », a poursuivi M. Khadir.

Selon des données compilées par Québec solidaire, le financement provenant d'entreprises du secteur de la construction et de firmes professionnelles représentait au moins 26 % des 5 millions $ dépensés par le PLQ lors des élections provinciales de 2008.

Au Parti québécois, cette proportion représentait 16 % des 2 millions de dollars dépensés par le parti, toujours selon les données de Québec solidaire.

Le parti ajoute que Jacques Duchesneau affirmait récemment que 75 % du financement politique proviendrait de sources douteuses au Québec.

« Malgré les améliorations apportées à la loi électorale en raison des nombreux scandales révélés dans les dernières années, le problème est loin d'être réglé. Nous invitons donc tous les partis à s'engager solennellement à prendre les mesures qui s'imposent pour soigner notre démocratie », a poursuivi Françoise David qui sera candidate cette année dans la circonscription de Gouin.

En conférence de presse, les leaders de Québec solidaire ont exhorté leurs collègues des autres partis à signe une déclaration en six points dont voici le contenu :

?Abaisser le plafond des dons individuels;

?Augmenter la contribution publique au financement des partis;

?Abaisser le plafond des dépenses permises dans les campagnes électorales et de le compenser, en partie, par le financement public de certaines dépenses (publicités télévisées, distribution du programme politique à tous les citoyens et citoyennes par l'État, etc.);

?Exiger plus d'information sur les donateurs, dont l'identité de l'employeur;

?Fournir plus de ressources humaines et financières au Directeur général des élections pour combattre le financement illégal et être en mesure d'effectuer un véritable travail de vérification, d'inspection et de recherche;

?Mettre en place des sanctions plus sévères pour ceux qui contreviennent à la loi.

Le PLQ les a pris de vitesse.

Immédiatement après le point de presse des coportes-parole de la formation politique, le directeur des communications du PLQ, Michel Rochette, est sorti de l'immeuble pour leur remettre en mains propres une lettre dans laquelle le directeur général du parti, Karl Blackburn, accuse QS d'avoir un mode de financement s'apparentant à une chaîne de Ponzi.

Abasourdis, M. Khadir et Mme David ont parcouru la missive, dans laquelle le PLQ taxe QS d'«hypocrite» en leur précisant qu'ils s'érigeait en «chevalier blanc» alors qu'il accumule les «contributions déguisées».

(Avec La Presse Canadienne)

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Photos humoristiques des chefs
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction