NOUVELLES

Panetta en Israël exclut de discuter de "plans d'attaque" contre Téhéran

31/07/2012 01:09 EDT | Actualisé 30/09/2012 05:12 EDT

Le secrétaire à la Défense américain Leon Panetta est arrivé mardi soir en Israël afin de partager des "renseignements" sur le programme nucléaire iranien, mais pas pour discuter "d'éventuels plans d'attaque" contre Téhéran, a constaté un journaliste de l'AFP.

"Comme dans le passé, nous allons continuer à discuter de la situation en Iran et de la menace qu'il pose dans la région", a affirmé le chef du Pentagone lors d'une conférence de presse au Caire avant de s'envoler pour Israël.

"Il serait erroné de dire que nous allons discuter de plans d'attaque éventuels, ce dont nous allons parler est la façon dont nous répondrions à différentes situations", a-t-il ajouté.

Selon le quotidien israélien Haaretz, le conseiller américain à la sécurité nationale Tom Donilon a informé le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu d'un plan des Etats-Unis concernant des frappes préventives contre des installations nucléaires iraniennes, lors d'une visite en Israël à la mi-juillet. Les affirmations d'Haaretz ont ensuite été démenties à l'AFP par un responsable israélien s'exprimant sous le couvert de l'anonymat.

Reprenant la position tenue depuis de longs mois par Washington, le secrétaire a affirmé que les Etats-Unis continuaient de "travailler à un certain nombre d'options", qu'il n'a pas voulu préciser.

Lors de son séjour en Israël, M. Panetta doit s'entretenir avec son homologue Ehud Barak, le Premier ministre Netanyahu et le président Shimon Peres.

Il doit notamment dîner mardi soir en tête-à-tête avec M. Barak.

Lundi à Tunis, lors d'une précédente étape de sa tournée qui doit aussi le conduire en Jordanie, M. Panetta avait estimé que les sanctions imposées par la communauté internationale avaient "un réel impact sur l'économie iranienne" et ce "même si les résultats peuvent ne pas paraître évidents pour le moment".

"Tout ce que nous devons faire est de continuer à mettre la pression sur les plans économique et diplomatique", avait-il jugé.

Au cours de sa visite en Israël, M. Panetta devrait également discuter de la situation en Syrie et visiter un site du système antiroquettes "Iron Dome" (Dôme de fer), destiné à protéger le territoire israélien des roquettes tirées par les mouvements islamistes Hezbollah au Liban et du Hamas depuis la Bande de Gaza.

Les Etats-Unis contribuent au financement de ce système israélien conçu pour intercepter en vol des roquettes de courte portée. Ils y ont déjà consacré 205 millions de dollars et annoncé une contribution supplémentaire de 70 millions de dollars en mai.

Allié majeur de Washington, Israël reçoit environ trois milliards de dollars d'aide militaire américaine chaque année.

En envoyant le chef du Pentagone à Jérusalem, l'administration de Barack Obama semble également envoyer un message à des fins de politique intérieure, M. Panetta arrivant en Israël peu après la visite du candidat républicain à la présidentielle américaine, Mitt Romney, en quête de stature internationale.

Avant la visite de M. Romney, le président Obama s'était déjà livré à une démonstration de soutien à Israël. Entouré de représentants du lobby pro-israélien AIPAC, il avait promulgué une loi renforçant la coopération en matière de sécurité et de défense avec l'Etat hébreu et réaffirmé le soutien "inaltérable" de Washington à ce pays.

mra/jlr/sb

PLUS:afp