NOUVELLES

Northern Gateway: la C.-B. serait la grande perdante, selon un rapport

31/07/2012 05:33 EDT | Actualisé 30/09/2012 05:12 EDT

VANCOUVER - Une nouvelle étude vient renforcer la position de la Colombie-Britannique dans le dossier du projet d'oléoduc d'Enbridge, qui soutient qu'elle récoltera nettement moins de retombées économiques que l'Alberta et même l'Ontario.

Un rapport de l'Institut canadien de recherche en énergie, établi à Calgary, conclut que la Colombie-Britannique, qui accueillerait sur son territoire la majeure partie de l'oléoduc d'Enbridge, recueillerait 1 milliard $ en recettes fiscales sur une période de 25 ans. Ces revenus sont plutôt minimes comparativement à la part du gâteau qui reviendrait à l'Alberta et à l'Ontario, soit 73 et 4 milliards $ respectivement.

La première ministre de la Colombie-Britannique, Christy Clark, a promis de bloquer le projet si sa province n'obtenait pas une meilleure part dans le partage des profits. Or, son homologue de l'Alberta, Alison Redford, a déjà opposé une fin de non-recevoir à un partage de ces revenus.

Le rapport laisse aussi croire qu'advenant une expansion de l'oléoduc par la firme Kinder Morgan, l'Alberta empocherait quelque 552 milliards $ en recettes fiscales, contre 28 milliards $ pour l'Ontario et 9 milliards $ pour la Colombie-Britannique.

La nouvelle étude renforce les conclusions avancées par d'autres rapports — et reprises par la Colombie-Britannique — pour affirmer que les coffres de la province obtiendraient environ 8,0 pour cent des recettes fiscales estimées sur 30 ans, comparativement à quelque 40 pour cent pour l'Alberta.

PLUS:pc