NOUVELLES

L'écologiste Paul Watson, toujours en cavale, s'engage à continuer sa croisade

31/07/2012 01:55 EDT | Actualisé 30/09/2012 05:12 EDT

BERLIN - Le fondateur de l'organisation environnementale Sea Shepherd dit qu'il a l'intention de continuer à perturber les activités des baleiniers japonais même si les autorités de trois pays sont à ses trousses.

Paul Watson avait été arrêté en Allemagne au mois de mai, en vertu d'un mandat d'arrêt costaricain. Lorsqu'il a appris, le mois dernier, que le Japon tentait également d'obtenir son extradition, il a enfreint ses conditions de remise en liberté et s'est enfui.

L'homme de 61 ans a publié un communiqué dans lequel il soutient qu'il se trouve «dans un endroit sûr, loin des pays malveillants qui ont fermé les yeux sur l'exploitation de nos océans», selon lui.

Il dit s'attendre à ce que les Japonais mettent tout en oeuvre afin de lui mettre le grappin dessus.

Paul Watson a promis de prendre le large en décembre afin de gagner une réserve naturelle de baleines près de l'Antarctique pour y intercepter les baleiniers nippons.

Le groupe Sea Shepherd a mis sur pied des campagnes agressives pour protéger les mammifères marins, ce qui a amené le Japon à qualifier ses membres de terroristes et de chercher à mettre la main au collet de Paul Watson, qui orchestre selon eux tous ces coups d'éclat.

PLUS:pc