NOUVELLES

JO-2012 - Natation - Michael Phelps: "J'ai été un être humain toute ma vie"

31/07/2012 06:29 EDT | Actualisé 30/09/2012 05:12 EDT

"J'ai été un être humain toute ma vie", a répondu en souriant Michael Phelps, pour minimiser le fait qu'il ait battu, avec 19 médailles olympiques, le record de la gymnaste soviétique Larisa Latynina, qui en avait accumulé 18 entre 1956 et 1964.

Q: Que vous inspire ce que vous avez réussi ce soir?

R: "Cela montre que le travail paye. Bob (Bowman, son entraîneur) m'a aidé à en arriver là où j'en suis aujourd'hui. C'est quelque chose de très spécial pour moi et il y a beaucoup d'émotions qui se bousculent dans ma tête à cet instant. Mais j'ai encore des courses devant moi, je pense à ça. J'ai les séries du 200 m 4 nages demain (mercredi). Je vais essayer de dormir mais je ne sais pas si ce sera possible. Je vais manger un bout, prendre un bain glacé et j'espère que ça va suffire pour m'endormir."

Q: Qu'est-ce que cela signifie pour vous d'avoir battu le record de Latynina?

R: "Je me suis toujours dit que tout était possible. J'ai décidé d'accomplir quelque chose que personne n'avait encore fait et personne n'allait se mettre en travers de mon chemin. Je voulais devenir le premier Michael Phelps et cela a été une odyssée phénoménale. Avant de monter sur le podium (du relais 4x200 m libre pour aller chercher sa 19e médaille), j'ai dit aux gars: +Désolé mais je ne vais pas chanter (l'hymne américain) avec vous, c'est trop d'émotion, pas un mot ne sortira+. J'ai essayé de me retenir mais mes yeux étaient tout mouillés. C'était une sensation sympa et une belle manière de finir la soirée."

Q: Est-ce que votre performance sur le 200 m papillon montre que vous êtes humain?

R: "J'ai été un être humain pendant ma vie entière. (La natation) c'est toujours amusant, j'adore être là. Après le papillon, il fallait que je mette ça derrière moi et que je pense au relais, parce que je ne voulais pas laisser tomber les gars. Je voulais une grosse avance, la plus grosse possible. Je savais que ces mecs reviendraient vite dans les 200 derniers mètres. J'ai commencé à sourire à 20 m de la fin. C'était une douce sensation. Il y a beaucoup d'émotions qui traversent ma tête en ce moment."

Propos recueillis en conférence de presse

ryj-bpe-cyb/el

PLUS:afp