NOUVELLES

Imbroglio autour d'une lettre du président égyptien à son homologue israélien

31/07/2012 05:26 EDT | Actualisé 30/09/2012 05:12 EDT

JÉRUSALEM - Le nouveau président islamiste de l'Égypte a envoyé sa première lettre à un dirigeant israélien, dans laquelle il exprime son espoir de relancer les pourparlers de paix au Proche-Orient, a annoncé le gouvernement israélien mardi.

Mais le mouvement des Frères musulmans, dont est issu le président égyptien Mohammed Morsi, a nié l'existence de la lettre. Le gouvernement israélien maintient que le document est authentique.

Cette prise de bec illustre la nature délicate des relations israélo-égyptiennes, généralement glaciales, mais encore plus sensibles depuis l'élection d'un président islamiste en Égypte. Elle semble aussi montrer l'existence d'un conflit au sein du gouvernement égyptien quant à l'attitude à adopter face à Israël.

La lettre de M. Morsi se voulait une réponse à une lettre du président israélien Shimon Peres, dans laquelle il offrait ses voeux pour le Ramadan, le mois saint des musulmans.

La lettre du président égyptien, rendue publique par le bureau de M. Peres, a été transmise par l'ambassade d'Égypte à Tel Aviv. Elle est rédigée en anglais.

«J'attends avec impatience de déployer nos plus grands efforts pour remettre sur les rails le processus de paix au Proche-Orient afin de parvenir à la sécurité et à la stabilité pour tous les peuples de la région, incluant le peuple israélien», écrit M. Morsi dans sa lettre.

Un porte-parole du président égyptien, Yasser Ali, a déclaré que M. Morsi n'avait jamais écrit de lettre à son homologue israélien.

«C'est totalement faux», a-t-il affirmé, en qualifiant la lettre d'«invention». Il a accusé deux journaux israéliens d'avoir fabriqué le document, bien que la lettre ait été rendue publique par le bureau de Shimon Peres à Jérusalem.

Un responsable du bureau de M. Peres a déclaré, sous le couvert de l'anonymat, que le bureau avait reçu le communiqué officiel mardi de la part de l'ambassadeur d'Égypte en Israël, à la fois par courrier recommandé et par un fax provenant de l'ambassade d'Égypte à Tel Aviv.

Le ministère égyptien des Affaires étrangères n'a pas voulu commenter le dossier mardi.

Le nouveau président égyptien a promis de respecter les traités internationaux signés par l'Égypte, mais les Frères musulmans estiment qu'il faudrait apporter des ajustements dans l'accord de paix israélo-égyptien conclu en 1979. La confrérie est historiquement hostile à l'État hébreu.

La lettre du Ramadan était la deuxième lettre de M. Peres adressée au président égyptien depuis son accession au pouvoir le mois dernier, après avoir remporté la première élection présidentielle démocratique de l'histoire de l'Égypte.

La première lettre du président israélien, accompagnée d'une lettre similaire du premier ministre Benyamin Nétanyahou, a été transmise au mois de juin. Elle visait à féliciter Mohammed Morsi pour sa victoire et soulignait l'importance de la paix dans la région, tant pour Israël que pour l'Égypte.

PLUS:pc