NOUVELLES

Financement politique: Québec solidaire attaque, le Parti libéral réplique

31/07/2012 11:34 EDT | Actualisé 30/09/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - En convoquant les médias devant les bureaux montréalais du Parti libéral du Québec (PLQ) pour présenter des propositions sur le financement des partis politiques, mardi matin, Québec solidaire (QS) était probablement loin de se douter qu'il serait lui-même accusé de financement occulte.

L'objectif était de suggérer aux partis de mettre en place certaines mesures, dont l'abaissement du plafond des dépenses permises dans les campagnes électorales, la diminution du plafond des dons issus du milieu des affaires et l'augmentation de la contribution publique au financement des partis.

Le député de Mercier, Amir Khadir, n'a pas donné dans la dentelle en évoquant les méthodes de financement des troupes de Jean Charest.

«Quand je me mets à la place de Mme (Line) Beauchamp, qui a été surprise elle-même de devoir rencontrer des gens de la mafia pour ramasser de l'argent pour le Parti libéral, je comprends ce qu'elle doit vivre comme sentiment de trahison. Elle n'est pas venue en politique pour ça», a-t-il martelé. M Khadir faisait référence aux allégations selon lesquelles l'ancienne ministre de l'Éducation aurait cassé la croûte avec un individu lié à la mafia lors d'un petit-déjeuner organisé au profit du PLQ, il y a trois ans.

«Mais la mécanique du Parti libéral fait qu'aujourd'hui, le Parti libéral est financé par la mafia», a-t-il poursuivi.

Amir Khadir et sa coporte-parole, Françoise David, s'apprêtaient à rendre visite à chaque chef de parti afin de leur demander de signer une déclaration qu'ils avaient concoctée lorsque le directeur des communications du PLQ, Michel Rochette, a fait irruption.

Immédiatement après le point de presse, M. Rochette est sorti de l'immeuble vitré de la rue Waverly pour remettre à M. Khadir, à Mme David et aux représentants des médias une lettre dans laquelle le PLQ accuse QS d'avoir un mode de financement contraire à l'esprit de la Loi électorale.

«Québec solidaire continue de se financer par un mode qui ressemble davantage à une chaîne de 'Ponzi' qu'au financement populaire qui caractérise le financement du PLQ avec ses 16 000 donateurs en 2011», peut-on lire dans la missive signée par le directeur général du parti, Karl Blackburn.

Abasourdis, M. Khadir et Mme David ont parcouru le document, dans lequel le PLQ taxe QS d'«hypocrite» en précisant que le parti s'érige en «chevalier blanc» alors qu'il accumule les «contributions déguisées».

Les coporte-paroles ont catégoriquement nié ces accusations, plaidant que le mode de financement du parti s'apparentait davantage à celui d'une marge de crédit.

Ainsi, les neuf donateurs qui sont identifiés dans la lettre du PLQ sont simplement des militants de QS qui ont contracté un prêt afin de contribuer au financement de QS, ont précisé M. Khadir et Mme David, qui eux-mêmes ont prêté quelques milliers de dollars à leur formation politique.

Les chefs de la Coalition avenir Québec (CAQ) et du Parti québécois n'ont pas encore donné suite aux suggestions de Québec solidaire. Les lettres adressées à François Legault et à Pauline Marois ont été déposées mardi à la permanence des deux formations politiques, a confirmé l'attachée de presse de Françoise David, Gabrielle Brassard-Lecours.

PLUS:pc