NOUVELLES

Apple et Samsung s'affrontent devant le tribunal de San José

31/07/2012 01:25 EDT | Actualisé 30/09/2012 05:12 EDT

SAN FRANCISCO - Après la sélection du jury la veille, le procès opposant Apple et Samsung devant le tribunal de San José, en Californie, entrait dans le vif du sujet mardi. Les géants américain et sud-coréen de l'informatique s'accusent mutuellement d'avoir copié des brevets de téléphones intelligents et tablettes.

Les témoins que les deux camps doivent appeler à la barre sont des experts, des ingénieurs et des designers. Les dirigeants, tels que le chef de la direction d'Apple Tim Cook, ne devraient pas témoigner.

Le géant américain du multimédia a lancé des poursuites contre Samsung Electronics aux États-Unis l'an dernier en accusant le Sud-Coréen de copier l'iPhone et l'iPad avec sa gamme Galaxy de téléphones et tablettes. Samsung a répliqué en saisissant également les tribunaux pour violation des brevets sur ses technologies de télécommunication sans fil 3G par le groupe à la pomme.

Apple, dont le siège social se trouve à Cupertino, en Californie, réclame 2,5 milliards $ US de dommages et intérêts à Samsung, un montant qui, s'il est accordé, serait largement supérieur à ceux qui ont été jusqu'à présent attribués dans ce genre de procès.

Un jury de sept hommes et trois femmes a été sélectionné pour ce procès qui devrait durer plusieurs semaines. C'est le dernier en date entre les deux géants de la haute technologie qui s'opposent sur le marché mondial des téléphones portables. Un procès similaire a commencé la semaine dernière, et les deux entreprises s'affrontent devant les tribunaux au Royaume-Uni et en Allemagne.

Samsung risque gros dans ce nouveau procès, puisque la firme sud-coréenne pourrait ne plus pouvoir commercialiser ses tablettes aux États-Unis et ses téléphones intelligents Galaxy. «Dans un certain sens, ce ne sont pas les demandes de dommages et intérêts d'Apple qui sont essentielles dans cette affaire, mais c'est de savoir si Samsung pourra vendre ses produits», résume Mark Lemley, professeur à la faculté de droit à Stanford.

Un verdict en faveur de Samsung pourrait en revanche contraindre Apple à payer le prix que la firme sud-coréenne lui demande pour certaines technologies de transmission qu'elle contrôle, ce qui pourrait entraîner une augmentation des prix de vente des produits d'Apple.

Selon M. Lemley et d'autres juristes, il est rare qu'une bataille de brevets avec autant d'enjeux ne soit pas résolue en dehors des prétoires. Des séances de médiation auxquelles ont participé M. Cook et des dirigeants de Samsung, ordonnées par le tribunal, n'ont pas permis de résoudre le contentieux, ce qui a entraîné la tenue de ce procès extrêmement technique dans lequel seront essentiellement sollicités des experts.

Dans des documents juridiques déposés la semaine dernière au tribunal, chaque entreprise a exposé brièvement sa stratégie.

Les avocats d'Apple affirment qu'il n'y a pratiquement pas de différence entre certains produits de Samsung et d'Apple, et que des documents internes de la firme sud-coréenne montrent qu'elle a copié des brevets. Samsung dément ces accusations et assure pour sa part qu'Apple a copié son iPhone de Sony. Les avocats de Samsung remarquent que la firme fabrique des téléphones portables depuis 1991 et qu'Apple est entré sur le marché en 2007.

PLUS:pc