NOUVELLES

Québec: un parti d'opposition propose un compromis dans le conflit étudiant

30/07/2012 11:34 EDT | Actualisé 29/09/2012 05:12 EDT

A moins de 48 heures de l'annonce probable d'élections législatives anticipées au Québec, un parti d'opposition de centre droit a proposé lundi un compromis destiné à mettre fin au conflit étudiant qui dure depuis plus de cinq mois.

Le dirigeant de la Coalition Avenir Québec (CAQ), François Legault, a proposé que la hausse des droits de scolarité contestée par les étudiants soit ramenée à 200 dollars par an sur cinq ans au lieu de 254 dollars sur sept ans comme le veut le gouvernement libéral de Jean Charest, et qu'elle ne démarre qu'en janvier 2013 plutôt qu'en octobre prochain.

S'exprimant devant le bâtiment de l'Université de Montréal, il a demandé aussi la suspension de certaines dispositions de la loi spéciale controversée qui limite la liberté de manifester et dont l'adoption a donné, au contraire, un coup de fouet aux manifestations étudiantes.

Tout en appelant M. Charest à "agir en homme d'Etat", il l'a accusé d'avoir manoeuvré pour prolonger la crise étudiante afin de "cacher la corruption" dont est soupçonné son gouvernement.

Le conflit étudiant, déclenché en février et marqué par d'importantes manifestations à Montréal jusqu'en juin, est appelé à devenir un élément important de la campagne électorale à venir: les libéraux du gouvernement sortant et les indépendantistes du Parti Québécois (PQ), au coude-à-coude dans les sondages, adoptent des positions diamétralement opposées.

Le PQ de Mme Pauline Marois, qui appuie les étudiants et compte parmi ses candidats leur ex-dirigeant vedette Léo Bureau-Blouin, veut attirer le vote des jeunes électeurs, tandis que les libéraux de M. Charest comptent sur le soutien de la majorité silencieuse favorable à la hausse des droits de scolarité selon le principe utilisateur-payeur.

Selon des fuites dans les médias locaux, M. Charest devrait convoquer mercredi des élections anticipées pour le 4 septembre prochain.

via/bar

PLUS:afp