NOUVELLES

L'Iran a accéléré le rythme auquel il enrichit l'uranium (médias israéliens)

30/07/2012 09:36 EDT | Actualisé 29/09/2012 05:12 EDT

L'Iran a accéléré de façon significative le rythme auquel il enrichit l'uranium, réduisant ainsi le temps qu'il lui faudra pour se doter de l'arme nucléaire, estimaient lundi deux journaux israéliens.

"L'Iran a pulvérisé de nouveaux records concernant le rythme auquel il enrichit l'uranium et a poursuivi sa course en avant, pour établir une distance aussi réduite que possible entre lui et la bombe", a affirmé le quotidien Maariv.

Le journal --qui dit se baser sur des "informations des services de renseignements", sans plus de précisions-- explique que l'Iran a pu accélérer le rythme de l'enrichissement parce qu'il dispose désormais de "près de 10.000 centrifugeuses".

Israël, considéré comme l'unique puissance nucléaire de la région, un statut sur lequel il maintient l'ambiguïté, présente le programme nucléaire iranien comme une menace pour son existence, se référant aux déclarations répétées des dirigeants de la République islamique prédisant ou souhaitant sa disparition.

"Actuellement, la République islamique produit chaque mois 230 kg d'uranium faiblement enrichi et 12 kg d'uranium enrichi à 20%", a affirmé de son côté le site d'informations Ynet, version en ligne du journal Yediot Aharonot.

"Les chiffres montrent que l'Iran a augmenté de façon significative le rythme de l'enrichissement d'uranium ces quatre derniers mois", a-t-il souligné.

Selon Ynet, Téhéran dispose actuellement d'un stock de 160 kg d'uranium enrichi à 20%, soit environ 100 kg de moins que le total requis pour produire la bombe atomique.

"Si les Iraniens continuent à enrichir l'uranium au rythme actuel, ils disposeront de quelque 260 kg d'uranium enrichi à 20% en janvier ou février 2013", a encore affirmé le site.

"Avec cette quantité, il ne faudra que deux mois environ à l'Iran pour produire de l'uranium de qualité militaire pour une bombe ou une ogive nucléaire", a-t-il assuré.

En mai, dans son dernier rapport, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) avait indiqué que l'Iran avait produit 146 kg d'uranium enrichi à 20% dans les deux sites de Natanz et Fordo depuis le lancement de cette activité en février 2011.

Les principaux responsables israéliens, le Premier ministre Benjamin Netanyahu en tête, agitent régulièrement la menace d'une opération militaire contre les infrastructures nucléaires iraniennes, exprimant leurs doutes sur l'efficacité des sanctions contre Téhéran, qui martèle que son programme nucléaire est purement civil.

"Israël pense que l'Iran entrera dans une 'zone d'immunité' dans trois mois", a souligné Maariv, en faisant référence au fait que Téhéran cache progressivement ses installations nucléaires clés dans des sites souterrains protégés, les plaçant ainsi hors de portée d'une éventuelle frappe israélienne.

Parallèlement, le secrétaire américain à la Défense, qui doit arriver mardi en Israël, a indiqué qu'il souhaitait "renforcer le partenariat" des Etats-Unis avec Israël afin de pouvoir "faire face à tout événement imprévu".

"Nous sommes unis concernant le fait que (les Iraniens) ne devraient pas avoir l'arme nucléaire" et que "nous devons faire pression sur eux" avec l'ensemble de la communauté internationale, a-t-il dit.

burs-hmw/cco/sbh

PLUS:afp