NOUVELLES

Le chef des observateurs en Syrie constate un "pilonnage intense" de Homs

30/07/2012 07:55 EDT | Actualisé 29/09/2012 05:12 EDT

Le chef des observateurs de l'ONU en Syrie, le lieutenant Babacar Gaye, a affirmé lundi avoir vu "un pilonnage intense" et des dégâts dans les villes de Homs et de Rastane dans le centre du pays.

"Durant ma visite à Homs, j'ai pu constater personnellement un pilonnage intense d'artillerie et (d'obus) de mortier", a indiqué le lieutenant Gaye à la presse à Damas. "C'était un pilonnage continu des quartiers" de la troisième ville de Syrie.

L'officier a également visité la ville de Rastane, dans la même région, tenue depuis plusieurs mois par les rebelles, où il a "trouvé que la cité a subi d'énormes dégâts".

"Il y avait également des chars de l'armée détruits au bord de la route principale", a-t-il ajouté.

"Je suis très inquiet de la violence qui se poursuit. Et nous devons reconnaître que la violence est le fait des deux parties", a souligné le chef des observateurs.

Ses propos interviennent au moment où les combats faisaient rage à travers le pays entre rebelles et armée et notamment, à Alep, deuxième ville de Syrie devenu un enjeu majeur de ce conflit armé.

Les 300 observateurs de l'ONU étaient arrivés mi-avril pour surveiller un cessez-le-feu approuvé par le régime comme par l'opposition dans le cadre du plan de sortie de crise de l'émissaire international Kofi Annan, qui est toutefois resté lettre morte.

Depuis le 15 juin, les observateurs ont dû cesser leurs opérations en raison de l'accroissement de la violence dans le pays.

Lundi, la télévision d'Etat syrienne a annoncé de son côté que l'armée a "nettoyé le quartier de Qarabis des terroristes mercenaires" dans le centre de Homs, ajoutant que les forces régulières sont en train de "démonter leur structure terroriste dans le quartier".

"L'armée régulière a élargi son contrôle sur Qarabis, dont 70% est désormais entre ses mains" après des mois de guérilla urbaine, a affirmé de son côté Rami Abdel Rahmane, président de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Selon lui, le régime contrôle 60% de la ville de Homs, dont les quartiers d'Inchaat, Deir Baalbeh, Bayada, les quartiers alaouites ainsi que les bâtiments gouvernementaux et le commandement de police à Jourat al-Chayah.

Les rebelles contrôlent le reste de la cité à majorité sunnite, notamment Khaldiyé, Qoussour et la majorité du vieux Homs, dont Bab Houd et Bab Dreib.

Selon un militant, Abou Rawan, les quartiers rebelles de Homs sont assiégés et pilonnés depuis plus de 60 jours.

Contacté via Skype par l'AFP, il affirme par ailleurs que "le régime se concentre pour le moment sur Alep et les rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL) à Homs profite de cela".

"L'ASL a pris le contrôle d'un grand barrage de l'armée à Rastane", a-t-il assuré.

rim-ser-jad/ram/sb

PLUS:afp