NOUVELLES

La cour accorde un délai pour l'évaluation psychiatrique d'Idelson Guerrier

30/07/2012 01:26 EDT | Actualisé 29/09/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - L'évaluation psychiatrique d'Idelson Guerrier, accusé d'avoir tenté de tuer une autre patiente de l'hôpital Notre-Dame, à Montréal, en juin, se poursuivra encore un mois.

Il passera donc 30 jours supplémentaires à l'Institut Philippe-Pinel, comme l'a demandé lundi son équipe soignante à l'institution de psychiatrie légale. Il reviendra donc devant le tribunal le 4 septembre prochain.

Les avocats impliqués dans le dossier ont convenu que l'état de santé de Guerrier est «complexe», et que le manque de personnel à l'Institut justifie le délai demandé lundi, au palais de justice de Montréal.

Guerrier, qui séjournait en juin à l'hôpital Notre-Dame, fait face à des accusations d'introduction par effraction et de tentative de meurtre sur une autre patiente de l'institution, une dame de 71 ans.

Quelques jours avant l'agression présumée contre cette dame, deux autres patients du service psychiatrique de l'hôpital Notre-Dame avaient été retrouvés sans vie. Les deux hommes, âgés de 69 et 77 ans, seraient morts par asphyxie.

Les autorités avaient d'abord cru à des décès de cause naturelle, avant de les considérer comme des homicides et d'ouvrir une enquête sur Guerrier.

Les accusations contre Guerrier ne sont liées qu'à l'agression de la patiente de 71 ans. La Couronne précise cependant qu'une enquête policière est en cours et que des accusations additionnelles pourraient être déposées.

PLUS:pc