NOUVELLES

La Bourse de Toronto a connu lundi une journée relativement tranquille

30/07/2012 05:16 EDT | Actualisé 29/09/2012 05:12 EDT

TORONTO - La Bourse de Toronto a vécu une journée relativement tranquille qui s'est conclue sans guère de changement, lundi, alors que les produits de base ont connu des sorts divers et que les préoccupations entourant l'économie européenne continuaient de retenir la majeure partie de l'attention.

L'indice composé S&P/TSX de la bourse torontoise a perdu 8,48 points, à 11 757,88 points.

La Bourse de croissance TSX a clôturé à 1184,36 points, en baisse de 6,27 points.

Le dollar canadien a gagné 0,26 cent US, à 99,82 cents US.

Les investisseurs ont tourné leur attention de l'autre côté de l'Atlantique, la Commission européenne ayant rendu public un rapport faisant état d'un recul du sentiment économique, mais aussi d'une hausse du pessimisme dans les secteurs des industries et des services. Des baisses marquées ont été observées en Allemagne, en France et en Espagne.

Pendant que la Commission européenne rendait public son rapport, l'Institut national de la statistique d'Espagne a annoncé que l'économie s'est contractée pour un troisième trimestre de suite.

Du côté des produits de base, le cours du baril de pétrole brut léger pour livraison en septembre s'est établi à 89,78 $ US, en baisse de 35 cents US, à New York.

À Toronto, le secteur de l'or a réalisé les gains les plus importants, alors que le cours de l'once d'or pour livraison en août s'établissait à 1619,70 $ US, en hausse de 1,70 $ US, sur le marché new-yorkais des métaux.

Les efforts attendus en Europe afin de calmer la crise de la dette sur le continent demeuraient au coeur des préoccupations, alors que le secrétaire américain au Trésor, Timothy Geithner, s'entretenait avec des responsables européens des politiques économiques.

M. Geithner et son homologue allemand Wolfgang Schäuble, qui se sont rencontrés lundi en Allemagne, ont insisté sur la nécessité d'une action coordonnée face à la crise de la dette dans la zone euro.

«Il ne fait guère de doute que le vent qui souffle maintenant sur les marchés en est un d'optimisme accru quant à la possibilité que la BCE (Banque centrale européenne) en fasse davantage», a déclaré Craig Fehr, stratège des marchés canadiens chez Edward Jones, à St. Louis.

«Nous avons vu ce redressement commencer à la fin de la semaine dernière, et il se poursuit cette semaine. Durant la première partie de cette semaine, j'imagine que les marchés vont vraiment réagir à tout changement dans les commentaires que fera la BCE», a-t-il ajouté.

À Wall Street, la moyenne Dow Jones des 30 valeurs industrielles a perdu 2,65 points et terminé la séance à 13 073,71 points. L'indice de référence S&P 500 a reculé de 0,67 point, à 1385,30 points, tandis que l'indice composé du Nasdaq chutait de 12,25 points, à 2945,84 points.

PLUS:pc