NOUVELLES

JO-2012 - Des athlètes protestent contre le règlement CIO sur les commanditaires

30/07/2012 11:05 EDT | Actualisé 29/09/2012 05:12 EDT
Getty Images

Des sportifs américains ont lancé à l'instigation de la double championne olympique d'athlétisme Sanya Richards-Ross une campagne de protestation contre le CIO, qu'ils accusent de protéger leurs propres partenaires au détriment de ceux des sportifs.

"Je suis honoré de participer aux JO, mais nous demandons des changements": c'est le message qu'ont publié sur leur compte Twitter plusieurs athlètes pour protester contre la règle 40 de la Charte olympique.

Ce texte sur les réseaux sociaux, les blogs et internet stipule notamment que "les participants et autres personnes accréditées ne sont pas autorisés à promouvoir une marque, un produit ou un service dans un article de forum, un blog, un tweet ou autre sur aucun réseau social ni site web".

"Nous ne voulons pas déclencher de guerre, je ne prévois pas une révolte sur Twitter ou une rébellion des athlètes", a déclaré Richards-Ross lors d'une conférence de presse lundi.

"Nous voulons juste être entendus. Nous menons campagne pour une question plus globale, l'idéal olympique et la réalité olympique sont différents", a regretté le champion olympique du relais 4x400 m en 2004 et 2008.

"Durant ces Jeux, six milliards de dollars vont changer de main alors que beaucoup de nos amis dans le sport se battent pour rester dans le sport, c'est important pour nous et Twitter est notre seule plate-forme", a poursuivi l'Américaine qui disputera les 200 et 400 m.

Ces athlètes ont dû à l'approche des JO de Londres retirer des photos de leur page Facebook où apparaissait la marque de leur équipementier, sous peine d'être pénalisés financièrement, voire exclus des JO.

"Cette règle 40 ne vaut que pour le mois où le Village olympique est ouvert, ces athlètes qui ont la chance d'avoir un ou des partenaire(s) réputé(s) peuvent travailler avec lui ou eux durant presque quatre ans", a souligné Mark Adams, le directeur de la communication du CIO.

"Nous essayons de protéger l'argent qui arrive au mouvement olympique et qui est distribué à 94% au mouvement sportif. Je pense que demander pendant un mois aux athlètes de ne pas évoquer leurs sponsors est la bonne chose à faire", a-t-il poursuivi.

INOLTRE SU HUFFPOST

Cérémonie d'ouverture des JO
JO 2012: dix Canadiens à surveiller
Londres se prépare aux Jeux olympiques