NOUVELLES

JO-2012 - La Chine conserve sa suprématie sur la gymnastique masculine

30/07/2012 04:28 EDT | Actualisé 29/09/2012 05:12 EDT

Quatre ans après leur razzia de Pékin, les Chinois ont conservé leur suprématie sur la gymnastique artistique masculine en enlevant l'or par équipes lundi aux Jeux Olympiques de Pékin, au grand dam du triple champion du monde japonais Kohei Uchimura, condamné encore à l'argent.

Au lieu du duel au sommet asiatique attendu, les Chinois, détenteurs en plus des cinq derniers titres mondiaux, ont fait la course seuls en tête pour finir avec quatre points d'avance.

Le reste du podium a donné lieu à quelques minutes de grande confusion. Ce n'est qu'après réclamation que les Japonais ont obtenu l'argent, sous les huées du public, alors que dans un premier temps les Britanniques avaient été donnés en deuxième position et les Ukrainiens croyaient avoir empoché le bronze.

Cette confusion est venue de l'étonnante défaillance finale d'Uchimura, aux arçons. Sa sortie vacillante n'avait pas été prise en compte par les juges, et le Japon avait dégringolé ainsi du podium. Avant que leur copie soit corrigée de 7 dixièmes après intervention du comité technique.

"Nous étions quatrièmes, je ne pouvais que penser: c'est faux, c'est faux! Et même quand la note a été changée, je ne pouvais pas être content", a raconté Uchimura, agacé de voir encore la Chine devant le Japon comme aux derniers Jeux et aux Mondiaux qui ont suivi.

"Je suis désolé pour les Britanniques, mais aussi pour les Ukrainiens, qui croyaient avoir le bronze. C'est bizarre de dire cela mais c'est le système de notation", a avancé le virtuose, grand favori au titre en individuel.

Dans sa ruée vers l'or, la Chine a pu compter sur son triple champion olympique, Zou Kai, lancé dans une impressionnante démonstration à la barre fixe, et ses trois autres champions du monde et/ou olympiques, Feng Zhe, Chen Yibing, et Zhang Chenlong. Des cinq, seul Guo Weiyang n'avait pas encore obtenu un titre majeur.

"Nous avons fait aucune faute, c'est notre secret pour battre les Japonais et tous les autres. Nous nous sommes battus nous-mêmes, nous avons prouvé que cette médaille d'or nous appartenait", a souligné Feng Zhe, l'as des barres parallèles.

La Grande-Bretagne, quasi-inexistante il y a quelques années encore sur la mappemonde de la gymnastique, a écrit l'histoire avec sa première médaille olympique par équipes dans ce sport, depuis 100 ans. Avec des dernières diagonales bien maîtrisées au sol, Kristian Thomas, l'élément clé de l'équipe, a propulsé la Grande-Bretagne définitivement dans le trio de tête et poussé le public au délire.

"Je n'aurais jamais pensé qu'un jour nous monterions sur le podium par équipes", a confié Louis Smith, qui avait ouvert la voie avec sa médaille de bronze aux arçons en 2008. "Je savais que mon exercice aux arçons ne serait pas la seule possibilité de médailles cette année. La gymnastique britannique a progressé. Ce qui est beau, c'est que ce n'est que le début".

stp/el

PLUS:afp