NOUVELLES

Chute d'un paralume dans le tunnel Viger: mise en demeure de 3,4 M$ du MTQ

30/07/2012 04:22 EDT | Actualisé 29/09/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - Les contribuables québécois ont payé pour les fautes commises par les firmes de génie-conseil CIMA+, Dessau et SNC-Lavalin, ainsi que pour les erreurs de Laco Construction, estime le procureur général du Québec, qui leur a envoyé une mise en demeure de 3,4 millions $.

Ces sociétés étaient toutes impliquées dans les travaux de réfection du tunnel Viger, à Montréal, lorsqu'une erreur a mené à l'effondrement, le 30 juillet 2011, d'un paralume en bordure de cette structure.

Réclamée par Québec depuis février dernier, la mise en demeure a été envoyée le 27 juillet dernier. Elle indique tenir Laco Construction et le consortium formé par CIMA+, Dessau et SNC-Lavalin «entièrement et solidairement responsables des préjudices matériels subis».

Le document reproche aux firmes de génie-conseil d'avoir «conçu des plans et devis affectés de déficiences graves, qui ne respectaient pas les normes spécifiquement prévues au contrat pour la conception de travaux sécuritaires».

Ces sociétés auraient omis de s'assurer du positionnement exact de l'armature à l'intérieur des murs de béton et des appareils d'appuis. Elles auraient également détruit une zone trop importante sous les poutres, compromettant en effet leur solidité.

Laco Construction est quant à elle pointée du doigt pour avoir «failli à ses obligations de diriger et de surveiller efficacement les travaux et de prendre toutes les mesures nécessaires pour veiller à la protection et la sécurité des personnes».

«Le MTQ estime que des fautes ont été commises, et c'est ce qui fait l'objet de la mise en demeure de 3 452 000 $», résume le conseiller en affaires publiques au ministère des Transports du Québec (MTQ), Guillaume Lavoie.

Il ajoute que le gouvernement a dû délier les cordons de sa bourse pour «réparer» les erreurs des firmes de génie-conseil et de l'entrepreneur Laco.

«Lorsque des incidents de la sorte ont lieu, les travaux sont arrêtés et le ministère, en tant que gestionnaire du réseau, doit intervenir pour rétablir la situation. Les frais encourus ont donc été à la charge du MTQ»», explique-t-il.

Le MTQ soutient donc que les 3,4 millions $ réclamés correspondent aux dépenses occasionnées par l'incident.

Rappelons qu'en juillet dernier, un paralume est tombé dans le tunnel Viger sans faire de blessés.

L'autoroute 720 avait alors été fermée dans les deux directions.

Un paralume est composé de plusieurs blocs quadrillés. Il sert à assurer une transition entre la lumière naturelle et la lumière à l'intérieur d'un tunnel.

PLUS:pc