NOUVELLES

Réunion des leaders de l'Est: les manifestations débutent avant les discussions

29/07/2012 04:24 EDT | Actualisé 28/09/2012 05:12 EDT

BURLINGTON, États-Unis - Les manifestations dans le cadre de la 36e rencontre annuelle des gouverneurs de la Nouvelle-Angleterre et des premiers ministres de l'Est du Canada ont débuté avant même que les discussions ne soient entamées.

Les leaders régionaux participant à la conférence sont arrivés dimanche à Burlington, au Vermont, pour entamer des réunions lundi. Ils discuteront entre autres de transports et d'énergie, en plus d'aborder le dossier des inondations du bassin du lac Champlain.

Selon le premier ministre Jean Charest, les discussions sur les inondations ont fait l'objet de rencontres dans le passé, y compris lors d'une réunion à Saint-Jean-sur-Richelieu. Le rapport sur le sujet sera publié prochainement, a-t-il précisé en entrevue à Radio-Canada.

Plus tôt en journée, entre 500 et 600 personnes ont participé à un rassemblement devant l'hôtel de Ville. Plusieurs arboraient le carré rouge en appui aux étudiants québécois, tandis que d'autres frappaient sur des casseroles pour symboliser leur lutte contre la hausse des droits de scolarité et leur opposition aux politiques «néolibérales».

Les protestataires ont ensuite défilé dans le centre-ville pour exprimer leur désaccord avec les politiques gouvernementales en matière d'environnement, d'immigration, de réfugiés, et d'économie. Ils en ont également contre la volonté d'Hydro-Québec de construire des lignes de transmissions d'énergie dans le nord-est des États-Unis.

Les manifestants ont également créé une «fuite humaine de pétrole» à Battery Park pour décrier la possibilité que le pétrole des sables bitumineux des Prairies canadiennes transite par le Vermont, le New Hampshire et le Maine.

Une responsable de groupes de protestation a déclaré dimanche que la police, en tenue anti-émeute, avait utilisé des balles de caoutchouc et du poivre de cayenne contre des manifestants à l'extérieur d'un hôtel de Burlington où a lieu le sommet.

Avery Pittman, la porte-parole des groupes de manifestants, a précisé que la police avait agi contre des manifestants qui bloquaient des autobus tentant de quitter l'hôtel.

Selon elle, les protestataires se tenaient devant les autobus qui transportaient supposément les participants à la conférence lorsque la police a utilisé des munitions en caoutchouc et du poivre.

Il n'a pas été immédiatement possible de savoir s'il y avait eu des blessés ou des arrestations.

La police de Burlington n'a pas répondu à une demande de commentaires.

Des séquences vidéo publiées sur le site Internet du Burlington Free Press semblent montrer un policier s'en prendre à un manifestant.

Des autochtones du Nord du Québec en profiteront lundi pour exposer aux chefs de gouvernement leurs inquiétudes devant les travaux à grand déploiement d'Hydro-Québec dans leur région.

«Quand M. Charest vient ici pour vendre de l'électricité, on se dit qu'il vend quelque chose auquel nous nous sommes opposés», a confié Justine Vollant, de la communauté innue de Sept-Îles-Maliotenam, lors d'une entrevue accordée à Radio-Canada.

La protestation, surnommée «Convergence on the Conference», réunissait plusieurs opposants lors d'un repas communautaire dimanche. D'autres actions sont prévues lundi.

«Il est clair que les gouverneurs et les premiers ministres se rencontrent pour parler d'échanges économiques, d'énergie et d'infrastructures, a déclaré Mme Pittman. Il donnent définitivement priorité aux profits et à l'accumulation de revenus, plutôt que de se pencher sur les besoins des gens ou sur l'impact que ces propositions ont sur nous, les gens qui vivent sur ces territoires et qui sont affectés par leurs décisions.»

PLUS:pc