Le candidat républicain à la présidentielle américaine, Mitt Romney, a souligné dimanche la "menace" représentée par un Iran doté de l'arme nucléaire, lors d'une visite à Jérusalem où il a suscité l'ire des Palestiniens en présentant la ville comme la "capitale" d'Israël.

"Comme vous, nous sommes très inquiets du développement des capacités nucléaires de l'Iran, et nous considérons comme inacceptable que l'Iran devienne une nation dotée de l'arme nucléaire", a-t-il déclaré avant une rencontre avec le président Shimon Peres à Jérusalem.

"La menace que (cette situation) pourrait représenter pour Israël, la région et le monde est incomparable et inacceptable", a affirmé M. Romney, arrivé samedi en Israël dans le cadre d'une tournée visant à asseoir sa stature internationale.

Le candidat républicain, qui affrontera le président démocrate Barack Obama lors du scrutin de novembre, a aussi parlé avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu de l'Iran, accusé par Israël et les Occidentaux, malgré ses démentis, de chercher à fabriquer l'arme nucléaire.

Le candidat républicain a ensuite affirmé, lors d'un discours devant la Fondation de Jérusalem, qu'il reconnaissait "le droit d'Israël à se défendre".

"Si Israël doit mener une action seul afin que l'Iran arrête de développer cette capacité (nucléaire, ndlr), le gouverneur respecterait cette décision", avait auparavant expliqué un conseiller de M. Romney, Dan Senor, à la presse.

"Nous devons prendre toutes les mesures pour dissuader le régime iranien de poursuivre sa course vers le nucléaire et nous espérons que des mesures économiques et diplomatiques le permettront. Mais en fin de compte, bien sûr, aucune option ne doit être exclue", a ajouté M. Romney en faisant allusion à une éventuelle attaque militaire.

M. Netanyahu a pour sa part déclaré qu'il était important de brandir "une menace militaire forte et crédible, associée à des sanctions, pour avoir une chance de changer la situation", répétant que les sanctions et la diplomatie seules "n'ont pas fait reculer jusqu'ici le programme iranien d'un iota".

M. Romney a également rencontré à Jérusalem le Premier ministre palestinien Salam Fayyad, sans que rien ne filtre dans l'immédiat de cet entretien.

Un peu plus tard, il a déclaré être "très ému" de se trouver à Jérusalem, "la capitale d'Israël", dans un discours prononcé en face des murailles de la vieille ville. Ce qui lui a valu des remerciements chaleureux de la part de M. Netanyahu mais des réactions outrées du côté palestinien.

"Les déclarations de Romney portent atteinte aux intérêts américains dans la région, à la paix, à la sécurité, et à la stabilité. Ces déclarations (...) sont inacceptables et nous les rejetons totalement", a affirmé à l'AFP le négociateur palestinien Saëb Erakat.

Les Etats-Unis ne reconnaissent pas officiellement Jérusalem comme capitale d'Israël. Leur ambassade, comme pratiquement celles de tous les pays représentés en Israël, se trouve à Tel Aviv.

"Jérusalem-Est est occupé et la solution de deux Etats qui est soutenue par le monde entier, y compris les Etats-Unis et la majorité du peuple israélien, Jérusalem-Est la capitale de la Palestine et Jérusalem-Ouest la capitale d'Israël", a ajouté M. Erakat.

M. Romney se pose en adversaire farouche de la politique prônée par M. Obama au Moyen-Orient.

Vendredi, M. Obama s'est livré à une démonstration de soutien à Israël. Entouré de représentants du lobby pro-israélien AIPAC, il a promulgué une loi renforçant la coopération en matière de sécurité et de défense avec l'Etat hébreu et réaffirmé le soutien "inaltérable" de Washington à ce pays.

Loading Slideshow...
  • Mitt Romney

    Le candidat républicain à la présidence et ancien gouverneur des Massachusetts alors qu'il parcourt l'État de l'Ohio.

  • Mitt Romney

    Le candidat républicain à la présidence qui prononce un discours devant ses partisans.

  • Ann Romney

    L'épouse de Mitt Romney, candidat républicain, alors qu'elle prononce un discours au Connecticut.

  • Mitt Romney

    Le candidat républicain à la présidence en Pennsylvanie.

  • Mitt Romney

    De passage à Washington, le candidat républicain prononce un discours contre l'assurance-santé, projet-phare du président Obama.

  • Mitt Romney

    Le candidat républicain avec le gouverneur de la Virginie et une foule de partisans.

  • Mitt Romney

    Le candidat républicain se fait huer lors d'un discours devant l'Association nationale pour l'avancement des gens de couleur, au Texas.

  • Mitt Romney

    L'ex-gouverneur des Massachusetts aide les bénévoles d'un comptoir d'aide alimentaire.

  • Ben Romney, Tagg Romney

    Les fils du candidat républicain Mitt Romney. Ben (à gauche) et Tagg (au centre) sont pris en photo avec leurs enfants, le 4 juillet.

  • Mitt Romney et Soleil

    Le candidat républicain tient fièrement sa petite-fille Soleil Romney lors de la parade du 4 juillet.

  • Barack Obama

    Le président salue la foule venue le voir dans l'État de la Floride.

  • Barack Obama

    Le président prononce un discours devant une foule... démonstrative.

  • Michelle Obama

    Le première dame visite de jeunes campeurs en Alabama, alors qu'ils préparent des collations santé.

  • Barack Obama

    Le président tient fièrement son jersey, alors qu'il est pris en photo avec les championnes féminines de basketball collégien, à la Maison Blanche.

  • Barack Obama

    Le président salue ses partisans lors d'une activité de financement, au Texas.

  • Barack Obama et Malia Obama

    Le président et sa fille Malia après qu'elle ait attrapé un chandail lancé par l'équipe olympique de basketball, à Washington.

  • Barack Obama

    Le président s'arrête dans un casse-croûte à Cincinnati.

  • Barack Obama

    Le président s'arrête dans un comptoir de légumes tenu par des agriculteurs en Virginie.

  • Barack Obama

    Le président tient un discours sur les réductions d'impôt pour la classe moyenne à Iowa.

  • Barack Obama

    Le président prononce un discours à la Maison Blanche.