NOUVELLES

L'ONU demande un accès sécurisé à Alep, évoque 200.000 personnes déplacées

29/07/2012 03:00 EDT | Actualisé 28/09/2012 05:12 EDT

La responsable des opérations humanitaires de l'ONU Valerie Amos a demandé dimanche que les organisations de secours puissent "accéder en sécurité" à la ville syrienne d'Alep que 200.000 personnes ont fui, selon des chiffres du CICR et du Croissant Rouge syrien.

Quelque 200.000 personnes ont fui les combats à Alep et dans ses environs au cours des deux derniers jours, selon des estimations du Comité international de la croix rouge (CICR) et du Croissant rouge syrien citées par Mme Amos, qui souligne qu'"on ne sait pas combien restent prises au piège dans les endroits où les combats continuent".

"Je demande à tous ceux qui participent aux combats de ne pas prendre pour cible des civils et de permettre aux organisations humanitaires d'accéder en sécurité à la population bloquée par les combats afin de lui porter assistance d'urgence", poursuit-elle dans un communiqué.

Il est "très difficile pour les agences humanitaires d'atteindre les familles déplacées" par les combats a Alep, Hama (centre) et dans d'autres régions, a-t-elle souligné, citant les difficultés rencontrées dans les villes et sur les grands axes de transport.

"Beaucoup de gens ont trouvé refuge temporairement dans des écoles et d'autres bâtiments publics dans des zones plus sûres" et elles ont un besoin urgent de nourriture, de couvertures et d'eau potable.

"Je suis très inquiète de l'impact du pilonnage et de l'utilisation de tanks et d'autres armes lourdes sur la population d'Alp, la ville la plus peuplée de Syrie, comme dans la capitale Damas et dans les villes avoisinantes", ajoute encore Mme Amos.

Les rebelles ont affirmé dimanche avoir repoussé des assauts de l'armée syrienne contre leurs positions à Alep (nord), au deuxième jour d'une offensive faisant craindre un "massacre" à l'opposition qui réclame des armes et une réunion d'urgence de l'ONU.

Le médiateur international pour la Syrie Kofi Annan s'est dit inquiet face à "la concentration de troupes et d'armes lourdes autour d'Alep", appelant les belligérants à trouver une issue pacifique à ce conflit qui a fait en 16 mois plus de 20.000 morts, dont près de la moitié au cours des quatre derniers mois, selon une ONG syrienne.

avz-mdm/js

PLUS:afp