NOUVELLES

Ligue 1 - Paris SG: Le premier effet Ibrahimovic

29/07/2012 11:55 EDT | Actualisé 28/09/2012 05:12 EDT

En s'offrant samedi son premier but avec le PSG au bout de 2 min 30 sec contre DC United (1-1) et en distillant quelques petites phrases chocs dont il a le secret, Zlatan Ibrahimovic a déjà marqué les esprits et semble avoir pris ses aises après seulement cinq jours de vie commune avec sa nouvelle équipe.

La défense de la franchise de la capitale américaine n'a certes rien à voir avec les coffre-forts que le grand attaquant suédois risque de se coltiner en Ligue 1 et surtout en Ligue des champions.

Mais l'aisance avec laquelle ce joueur hors normes a ouvert son compteur avec le PSG a permis de comprendre pourquoi les propriétaires qataris du club avaient consenti un investissement aussi pharaonique pour le chiper au Milan de Silvio Berlusconi (14 M d'euros nets de salaire annuel).

Une légère accélération et un petit crochet pour se débarrasser de son garde du corps, suivis d'un tir enroulé du pied du gauche limpide dans le petit filet et le tour était joué.

Aucune nécessité d'en faire plus pour "Ibra", encore à court de forme et qui n'avait repris l'entraînement que mardi après plus d'un mois de vacances. Mais comme l'a résumé son entraîneur Carlo Ancelotti, l'ancien Milanais, qui n'est resté que 38 minutes sur la pelouse du RFK Stadium, n'a pas spécialement besoin d'être à 100% de ses capacités pour faire son petit effet.

"Il est très utile même sans être en grande forme physique car il a d'énormes qualités. Il peut bien jouer même sans avoir une condition physique optimale", a déclaré le technicien italien, ravi de disposer enfin d'un avant-centre de classe mondiale.

Le contraste a été saisissant avec son remplaçant Guillaume Hoarau, le Réunionnais ayant bien du mal à tenir la comparaison avec son nouveau coéquipier. La preuve par l'absurde qu'au-delà des recrutements de Thiago Silva et de Lavezzi, c'est bien l'arrivée de la superstar suédoise, âgée de 31 ans, qui va révolutionner le jeu du PSG et le faire basculer dans une autre dimension sportive.

"Il a montré une habileté fantastique devant le but, ça c'est Ibrahimovic", a poursuivi un Ancelotti admiratif.

Tout est disproportionné avec Ibrahimovic, qui a focalisé l'attention médiatique durant la dernière partie du stage d'avant-saison du PSG débuté dans une certaine confidentialité du côté de Princeton, à une soixantaine de km de New York.

Avec son physique de déménageur (1,95m, 95 kg), le Suédois a bouleversé les petites habitudes du groupe parisien. Nene, Ménez et Matuidi ont été les premiers à en faire les frais, jeudi, en recevant quelques tampons mémorables de la part de cet amateur d'arts martiaux lors d'une séance d'entraînement pourtant très banale.

Rompu à la concurrence féroce qui sévit dans les grands clubs européens, Ibrahimovic va assurément amener sa culture de la gagne au sein d'une équipe où la moindre place vaut désormais de l'or.

En dehors du terrain, le natif de Malmö sait également cultiver son image de "grande gueule" par des formules assassines. Alors que ses coéquipiers prennent un malin plaisir à fuir les sollicitations de la presse, lui a toujours le bon mot pour faire le show.

Après son but contre DC United, c'est son ancien club qui en a payé le prix fort, Ibrahimovic déclarant que Paris était "meilleur que l'AC Milan parce qu'il a perdu ses deux meilleurs joueurs", en référence à lui-même et au défenseur Thiago Silva.

kn/jcp

PLUS:afp