NOUVELLES

Le chef militaire rebelle d'Alep réclame une zone d'exclusion aérienne

29/07/2012 05:53 EDT | Actualisé 28/09/2012 05:12 EDT

Le chef du conseil militaire rebelle d'Alep a appelé dimanche l'Occident à instaurer une zone d'exclusion aérienne au-dessus du nord de la Syrie et accusé le régime de préparer "un massacre" dans cette ville où ses hommes sont retranchés.

"Nous ne demandons à l'Occident qu'une zone d'exclusion aérienne (...) Nous sommes prêts à faire chuter ce régime", a affirmé le colonel Abdel Jabbar al-Oqaidi dans un entretien avec l'AFP dans le nord de la Syrie.

De violents combats se déroulaient dimanche à Alep, située à 355 km au nord de Damas, où les rebelles retranchés dans plusieurs quartiers résistaient aux assauts de l'armée, notamment Salaheddine, un bastion des insurgés, selon des militants.

Le colonel Oqaidi a affirmé que l'armée régulière avait "essayé d'attaquer Salaheddine avec des chars, mais l'Armée syrienne libre (ASL), formée de déserteurs et de civils ayant pris les armes, a résisté et leur a fait subir des pertes importantes".

"Nous avons détruit huit tanks, des véhicules blindés et tué plus de 100 soldats", a dit l'officier. Il n'était pas possible de vérifier ces informations de source indépendante.

"Les quartiers d'Alep deviendront la tombe des chars" de l'armée, a-t-il prévenu, affirmant que l'armée "ne peut qu'utiliser ses avions ou son artillerie lourde à distance (...) Elle ne peut pas pénétrer dans la ville".

Le colonel Oqaidi a accusé le régime de vouloir "commettre un massacre, comme à Homs", épicentre de la contestation qui a payé un lourd tribut depuis le début du soulèvement contre le régime du président Bachar al-Assad en mars 2011.

"Nous nous attendons à ce qu'ils commettent un très grand massacre et nous appelons la communauté internationale à intervenir pour empêcher ces crimes", a-t-il encore dit.

Le Conseil national syrien (CNS), principal groupe de l'opposition, a réclamé dimanche une réunion "d'urgence" du Conseil de sécurité de l'ONU pour empêcher les massacres de civils que le régime s'apprête à commettre, selon lui, à Alep.

Dans une conférence de presse à Abou Dhabi, le président du CNS Abdel Basset Sayda a affirmé samedi soir que l'armée de l'air syrienne avait recours au MiG 21 et MiG 23 pour bombarder les civils.

kat/at/tp

PLUS:afp