NOUVELLES

La première médaille aux JO est toujours un tonique, selon Sylvie Bernier

29/07/2012 01:34 EDT | Actualisé 28/09/2012 05:12 EDT

LONDRES - Aux Jeux olympiques d'Athènes en 2004, il avait fallu attendre le troisième jour avant que le Canada ne remporte sa première médaille. Quatre ans plus tard, à Pékin, le Comité olympique canadien avait dû passer par un long calvaire d'une semaine avant de pouvoir célébrer quatre médailles le huitième jour.

Cette fois, il n'a fallu qu'une journée et demie avant que les plongeuses Émilie Heymans et Jennifer Abel n'ouvrent la parade aux Jeux de Londres, grâce à la récolte d'une médaille de bronze dans l'épreuve féminine du 3 mètres synchro.

«Première médaille, deuxième journée... On est heureux, d'autant plus que c'est en plongeon. Qu'est-ce que je peux demander de mieux?» a lancé d'emblée la chef de mission adjointe Sylvie Bernier, une ancienne plongeuse, à son passage dans la zone mixte du Centre aquatique des JO de Londres pendant que de l'autre côté du mur, Heymans et Abel participaient à la cérémonie de médailles.

«Et en plus, Émilie devient la première femme en plongeon à gagner une médaille dans quatre Jeux olympiques consécutifs. Ça ne s'était jamais fait, même pas par les Chinoises. C'est assez exceptionnel. Moi, je flotte!»

Bernier a ainsi vanté l'exploit historique de Heymans mais selon elle, le fait que le Canada ait décroché un premier podium à Londres est un symbole encore plus fort.

«La première médaille (des Jeux), ça va toujours rester une médaille importante, autant pour le sport que pour toute la délégation, a-t-elle souligné. J'étais avec les autres plongeurs et croyez-moi, ça donne une dose d'énergie incroyable à tout le monde.»

Le fait que cette première médaille soit revenue à Heymans et Abel revêt également un cachet particulier, selon Bernier. Pendant que le chef de mission Mark Tewksbury soulignait le fait qu'il s'agissait d'un triomphe d'équipe, le thème qu'on a voulu renforcer au sein de la délégation canadienne dès l'arrivée des athlètes au village, son adjointe relevait l'expérience stabilisatrice de l'une et la jeune vitalité de l'autre. Heymans a 30 ans tandis qu'Abel n'a que 20 ans même si elle en est à ses deuxièmes Jeux.

«C'est la jeunesse et l'expérience, ce sont deux personnes différentes mais qui font tellement une belle équipe. Ce seront les derniers Jeux pour Émilie tandis que Jennifer est sur une lancée... Ça ne pouvait pas être plus beau, a décrit Bernier. Que ces deux-là remportent la première médaille met encore plus en lumière le fait qu'un tel alliage est une grande force au sein d'une équipe.»

Bernier a par ailleurs relevé le fait que Heymans a remporté ses médailles dans quatre Jeux en montrant sa polyvalence, elle qui a obtenu deux médailles au 10 m synchro avec deux partenaires différentes — Anne Montminy en 2000 à Sydney (argent) et Blythe Hartley en 2004 à Athènes (bronze) —, ainsi qu'une autre au 10 m individuel à Pékin en 2008 (argent). Et cette année au 3 m synchro avec Abel, une autre partenaire encore.

«C'est une fille plutôt introvertie, mais qui est très confiante à l'intérieur d'elle, qui inspire confiance à une collègue comme Jennifer, qui est toute en explosion et en énergie, a indiqué Bernier. Jennifer stimule son aînée et l'autre calme la plus jeune. Sans Émilie, peut-être Jennifer n'aurait pas eu cette première médaille olympique aussi vite. Émilie la pousse constamment à s'améliorer.»

À noter que la médaille de Heymans et Hartley en Grèce avait été aussi la première des JO pour le Canada. La plongeuse de Saint-Lambert a donc pris l'habitude d'écrire l'histoire.

Tout comme Bernier, d'ailleurs. Celle-ci est la dernière plongeuse qui n'est pas chinoise à avoir remporté une médaille d'or olympique au 3 m individuel. C'était en 1984 à Los Angeles. Elle est alors devenue la première Québécoise à obtenir l'or à des JO, et a procuré au plongeon canadien la première médaille d'or olympique de son histoire.

«Les gens m'en parlent encore aujourd'hui, c'est incroyable», a lancé Bernier avant d'aller rejoindre Heymans, Abel et l'équipe d'entraîneurs de Plongeon Canada à la sortie de la zone mixte.

Pour aller fêter cette première médaille, qui sera célébrée... jusqu'à la prochaine.

PLUS:pc